Modifié le 23 novembre 2016 à 18:47

Choquée, une plate-forme publicitaire bannit le site du stratège de Trump

Steve Bannon devant la Trump Tower à New York, le 11 novembre 2016.
Steve Bannon devant la Trump Tower à New York, le 11 novembre 2016. [Keystone]
AppNexus, entreprise technologique spécialisée dans la publicité, bannit le site Breitbart News, que dirigeait le futur stratège en chef de la Maison Blanche Steve Bannon pour "discours de haine".

Selon l'Independent, AppNexus reproche au site ultraconservateur d'avoir violé ses règles de bonne conduite. La compagnie a constaté qu'il y avait trop de titres et d'articles qui dépassaient les bornes, que ce soit ouvertement ou à mots couverts.

"Alt-right"

L'ex-patron de Breitbart News, Steve Bannon, proche conseiller de Donald Trump, fait partie de la mouvance "alt-right", une frange de la nouvelle extrême-droite américaine.

Il se décrit comme "un nationaliste économique" qui veut bâtir un "nouveau mouvement politique" sur la base d'un plan de grands travaux créateur d'emplois.

Mais sa nomination au sommet de l'Etat fédéral a été dénoncée par des associations antiracistes, qui ont rappelé les innombrables articles incendiaires publiés sur Breitbart dénonçant l'immigration et le multiculturalisme, ou conseillant aux femmes victimes de harcèlement sur internet de "tout simplement" se déconnecter.

Agences/Pierre-Yves Maspoli

Publié le 23 novembre 2016 à 14:01 - Modifié le 23 novembre 2016 à 18:47

Trump condmane l'"alt-right" mais défend Bannon

Donald Trump a condamné une conférence de l'"alt-right", organisée samedi à Washington, où des participants ont scandé "Heil Trump" et fait le salut nazi. "Je les condamne, je ne m'associe pas (à cela)", a dit Donald Trump. "

Il a toutefois réfuté les critiques émises à l'encontre de Steve Bannon: "Je connais Steve Bannon depuis longtemps. Si je pensais qu'il était raciste, ou proche d'"alt-right", je n'aurais même pas pensé une seconde à l'engager".