Modifié

Le président mexicain veut "privilégier le dialogue" avec Donald Trump

Durant sa campagne électorale, Donald Trump avait promis de prendre des mesures envers le Mexique pour pour protéger l'emploi aux Etats-Unis. [Rebecca Blackwell - AP Photo]
Durant sa campagne électorale, Donald Trump avait promis de prendre des mesures envers le Mexique pour pour protéger l'emploi aux Etats-Unis. [Rebecca Blackwell - AP Photo]
Alors que le président américain élu a promis un tour de vis protectionniste envers Mexico, le président mexicain a affirmé samedi vouloir "privilégier le dialogue".

"Face aux prises de position du président élu Trump, ce qui est certain c'est que nous en sommes à un stade où nous voulons privilégier le dialogue pour construire un nouvel agenda", a déclaré le président mexicain Enrique Peña Nieto.

Il s'exprimait au sommet annuel de l'Organisation de coopération économique Asie-Pacifique (Apec).

"Le Mexique va continuer d'être un fervent partisan de l'ouverture", a ajouté celui qui a également défendu l'accord de libre-échange nord-américain (Alena) conclu en 1994 entre les Etats-Unis, le Canada et le Mexique, mais durement critiqué par Donald Trump.

Relation "centrale"

"Ne nous laissons pas dérouter par ces sentiments protectionnistes qui commencent à s'élever dans différentes parties du monde.

Je pense que la globalisation a apporté plus de bénéfices que de dommages", a-t-il affirmé, en soulignant la "relation centrale" du Mexique avec les Etats-Unis.

afp/lc

Publié Modifié

Des mesures-chocs

Pendant sa campagne, le candidat républicain avait promis une série de mesures-chocs à son arrivée à la Maison-Blanche, telles que la dénonciation des accords de libre-échange comme l'Alena.

Pékin défend le libre-échange

Donald Trump voulait aussi imposer des droits de douane massifs sur les produits chinois et désigner Pékin comme un pays manipulant sa monnaie, ouvrant la voie à des sanctions commerciales.

Mais samedi, le président chinois Xi Jinping a appelé à Lima les dirigeants de la zone Asie-Pacifique à soutenir l'accord régional de libre-échange proposé par la Chine. Un traité qui pourrait combler le vide laissé par le probable abandon de l'accord TPP par les États-Unis.