Modifié

Les postes-clés de Washington bientôt aux mains des amis de Donald Trump?

En coulisses, les possibles papables pour un poste au gouvernement américain espèrent que Donald Trump saura récompenser ses amis loyaux. [Mike Segar - REUTERS]
En coulisses, les possibles papables pour un poste au gouvernement américain espèrent que Donald Trump saura récompenser ses amis loyaux. [Mike Segar - REUTERS]
Les hypothèses vont bon train sur la future équipe du président américain élu Donald Trump. Le républicain va vraisemblablement placer aux postes les plus importants de sa future administration ceux qui lui sont restés fidèles.

Donald Trump, qui n'a jamais exercé de mandat politique, a fonctionné pendant sa campagne avec une équipe resserrée, à l'écart des actuelles élites politiques et gouvernementales.

Nombre de responsables du Parti républicain ont pris leurs distances avec le milliardaire pendant la campagne et risquent donc de se retrouver le bec dans l'eau lors de la composition de la nouvelle équipe par le président élu.

Première remarque, les soutiens et alliés de Donald Trump ont entre 58 et 80 ans. Le gouvernement ne sera pas mené par des jeunes. Ils proviennent pour beaucoup du monde des affaires et mènent pour certains de grandes corporations, telles que le producteur de pétrole Continental Ressources. Le nom du fils de Donald Trump, Eric Trump, a aussi été vaguement évoqué pour un poste dans l'administration.

Défense, sécurité et justice

Selon des sources au fait du processus de la passation de pouvoir, Jeff Sessions, 69 ans, devrait décrocher un poste de premier plan, peut-être celui de secrétaire à la Défense. Sénateur de l'Alabama, il a été l'un des plus fervents soutiens de l'homme d'affaires au Congrès.

Jeff Sessions, sénateur de l'Alabama. [AP Photo/Manuel Balce Ceneta - key]AP Photo/Manuel Balce Ceneta - key
Des noms commencent à circuler pour la future équipe du président Trump / Le 12h30 / 1 min. / le 10 novembre 2016

Le général à la retraite Michael Flynn semble lui tenir la corde pour devenir le conseiller à la sécurité nationale de Donald Trump, ont ajouté ces mêmes sources.

Ancien directeur de l'Agence du renseignement de la défense, Michael Flynn a joué un rôle clef dans la campagne de Donald Trump. Il lui a notamment prodigué des conseils en matière d'affaires internationales. "Il a une influence apaisante sur Trump", a noté l'une des sources.

Trump considérerait également le néo-conservateur John Bolton (67 ans), ancien ambassadeur à l'ONU sous George W. Bush, pour le poste de secrétaire d'Etat.

L'ex-maire de New York (1994-2001) Rudy Giuliani, 72 ans, connaît l'homme d'affaires depuis plusieurs décennies, et lui a apporté un soutien sans failles y compris dans les pires moments de sa campagne. Ancien procureur fédéral anti-mafia, crédité d'avoir fait chuter la criminalité à New York, son nom fait partie de ceux cités pour le poste de ministre de la Justice.

Relations internationales

Newt Gingrich, ancien "speaker" de la Chambre des représentants et figure du parti républicain, 73 ans, ainsi que le sénateur du Tennessee Bob Corker étaient de leur côté pressentis pour être secrétaire d'Etat (ministre des Affaires étrangères). Le second préside la commission des relations internationales du Sénat.

Les deux hommes avaient un temps été vus comme de possibles vice-présidents de Donald Trump. Cette place est finalement revenue au gouverneur de l'Indiana Mike Pence.

Harold Hamm (70 ans), PDG du producteur de pétrole Continental Resources, est présenté comme un possible secrétaire à l'Energie. Ce milliardaire originaire de l'Oklahoma est un ami de longue date du président élu, ayant eu une influence majeure sur sa politique énergétique.

Finances

Au début de sa campagne, Donald Trump avait dit qu'il voulait nommer le financier Carl Icahn (80 ans) au poste de secrétaire au Trésor mais il semble désormais plus probable qu'il le confie à Steve Mnuchin, un ancien banquier de Goldman Sachs qui l'a soutenu.

Steven Mnuchin, patron du fonds d’investissement Dune Capital.  [Fred Prouse - reuters]Fred Prouse - reuters
USA: des candidats sulfureux évoqués pour des postes clés à l'économie / Le 12h30 / 57 sec. / le 10 novembre 2016

Pour le poste de secrétaire au Commerce, le nom du PDG du groupe sidérurgique Nucor, Daniel DiMicco a été avancé. Ce dernier pourrait être en charge de renégocier les accords commerciaux internationaux des Etats-Unis.

Administration et éducation

Les mêmes sources disent que le président du comité national républicain Reince Priebus, devenu un conseiller écouté au cours de la campagne, était évoqué comme le possible secrétaire général de la Maison Blanche.

La directrice de campagne de Donald Trump, Kellyanne Conway, pourrait décrocher un poste de conseillère de premier plan à la Maison Blanche.

Enfin, le neurochirurgien à la retraite Ben Carson est envisagé pour le poste de secrétaire à l'Education. Il avait apporté son soutien à Donald Trump après s'être retiré de la course à l'investiture républicaine.

sbad avec agences

Publié Modifié

En charge de la transition

Le gouverneur du New Jersey Chris Christie, 54 ans, est en principe le chef de l'équipe de transition du milliardaire, chargée de préparer la prise du pouvoir le 20 janvier 2017.

Sa position pourrait toutefois être affaiblie par la condamnation de deux membres de son entourage dans le New Jersey, soupçonnés d'avoir provoqué des embouteillages monstres pour punir un maire adversaire politique.