Modifié le 07 novembre 2016 à 18:02

Donald Trump privé de son compte Twitter par son équipe de campagne

Le candidat a été raillé par le président Barack Obama: "Si quelqu'un est incapable de gérer son compte Twitter, il ne peut gérer un code nucléaire"
Le candidat a été raillé par le président Barack Obama: "Si quelqu'un est incapable de gérer son compte Twitter, il ne peut gérer un code nucléaire" [Carlo Allegri - reuters]
Ces derniers jours, la campagne de Donald Trump sur Twitter est marqué par la stabilité, privant Hillary Clinton de son arme la plus puissante: l'auto-sabotage de son rival. En cause? Son équipe, qui l'aurait dépossédé de son compte.

Selon les conseillers en communication du candidat républicain, Donald Trump, c'est un peu comme "un animal sauvage chassant sa proie avec tant de zèle qu'il court jusqu'au bord d'une falaise. Cela lui coûte un plongeon dans l'abysse électoral".

Friand du message à 140 caractères, Donald Trump n'hésite pas à y étaler toute sa virulence. Un effet souvent contre-productif, à tel point que son équipe de campagne a pris soin de l'écarter de son propre compte, jusqu'ici non filtré, relève le New York Times.

>> Lire aussi: Retour sur une des campagnes les plus violentes de l'histoire des Etats-Unis

Le quotidien new-yorkais a répertorié une liste complète de 282 cibles que Donald Trump a insulté sur le réseau social à l'oiseau bleu. Pour cette dernière ligne droite, son équipe a donc déployé une série d'astuces destinées à protéger son patron de ses "pulsions autodestructrices", écrit le journaliste, qui a accompagné le candidat durant un voyage de campagne.

Comment "gérer un code nucléaire"?

Selon les communicants du candidat républicain, lorsque les sondages se sont resserrés suite au nouveau scandale des emails d'Hillary Clinton, Donald Trump aurait été étonné par la couverture médiatique: les journaux n'auraient rapporté que ces messages de campagne, et non plus ses "divagations improvisées". "Toutes mes citations viennent de mes discours", a dit le milliardaire, "et c'est une bonne chose".

Cela aurait-il convaincu l'homme d'affaires de lâcher prise? Ce qui est sûr, en tout cas, c'est que depuis peu, seuls des tweets de remerciements ou d'annonces sont publiés sur sa page. Pas sûr pour autant que ces quelques jours de bonne conduite n'effacent les 16 mois de comportement impulsif.

Barack Obama, lui, n'a pas manqué l'occasion de se moquer du rival de sa protégée Hillary Clinton, lors d'un meeting en Floride dimanche: "Si quelqu'un est incapable de gérer son compte Twitter, il ne peut gérer un code nucléaire".

fme

Publié le 07 novembre 2016 à 17:47 - Modifié le 07 novembre 2016 à 18:02