Modifié le 01 novembre 2016 à 18:38

Du fisc aux emails, le déluge de scandales de l'élection américaine

Hillary Clinton et Donald Trump lors du dernier débat présidentiel le 19 octobre.
Hillary Clinton et Donald Trump lors du dernier débat présidentiel le 19 octobre. [Joe Raedle - Keystone]
Donald Trump a utilisé une méthode douteuse pour éviter de payer ses impôts, révèle lundi le New York Times. Une enquête supplémentaire dans cette campagne qui voit les scandales se succéder. Tour d'horizon non exhaustif.

> Les révélations sur les impôts de Donald Trump

Des centaines de millions de dollars qui n'ont pas été déclarés au fisc américain en utilisant une manoeuvre douteuse: ce sont les dernières révélations du New York Times sur les impôts du candidat républicain à la Maison Blanche. A partir de nouveaux documents, le quotidien américain affirme que Donald Trump a évité de déclarer l'effacement d'une dette au début des années 1990 en utilisant un procédé devenu depuis illégal.

Ces nouvelles révélations permettraient de comprendre comment l'homme d'affaires a pu annoncer des pertes de 916 millions de dollars dans sa déclaration fiscale de 1995. Donald Trump aurait ainsi échappé à l'impôt fédéral pendant près de 20 ans, selon un premier article du quotidien américain publié début octobre.

> Les accusations d'agression sexuelle

"Quand on est une star, (les femmes) nous laissent faire", proclame Donald Trump dans une vidéo de 2005. Un pouvoir qui inclut, selon l'homme d'affaires alors vedette de la télévision, la possibilité de les "attraper" par le sexe. Diffusées par le Washington Post début octobre, ces images font scandale et ouvrent la voie aux témoignages d'une dizaine de femmes. Celles-ci accusent le candidat républicain de harcèlement et d'agressions sexuelles.

>> Lire aussi: Accumulation d'accusations sexuelles contre Donald Trump, qui crie au complot

Plusieurs figures du Parti républicain tournent alors le dos à Donald Trump, dont l'ancienne secrétaire d'Etat Condoleezza Rice, le sénateur John McCain et l'ancien gouverneur de Californie Arnold Schwarzenegger. Malgré les appels à l'abandon et une chute dans les sondages, Donald Trump maintient sa candidature.

> L'affaire des emails d'Hillary Clinton

Souvent qualifiée de talon d'Achille de la candidate démocrate, l'affaire de l'adresse email privée d'Hillary Clinton la poursuit jusqu'aux dernières semaines de la campagne. Un article du New York Times a révélé le scandale en mars 2015: la démocrate a utilisé une adresse email privée lorsqu'elle était secrétaire d'Etat, via un serveur privé installé dans son domicile de l'Etat de New York.

Surprise vendredi soir: après avoir classé l'affaire, James Comey, patron du FBI, annonce dans une brève déclaration au Congrès que de nouveaux emails ont été découverts, peut-être liés à Hillary Clinton. D'après la presse américaine, ces courriels ont été retrouvés sur l'ordinateur d'Anthony Weiner, époux d'Huma Abedin, proche collaboratrice de la candidate à la Maison Blanche. Cet ancien élu démocrate fait lui-même l'objet d'une autre enquête, pour des SMS à caractère sexuel envoyés à une adolescente de 15 ans.

>> Lire aussi: L'affaire des e-mails d'Hillary Clinton relance la campagne américaine

> Clinton et les fuites de Wikileaks

Depuis début octobre, le site Wikileaks dévoile quasi quotidiennement des emails volés au président de l'équipe de campagne d'Hillary Clinton, John Podesta. Ces messages laissent apparaître les liens étroits de la candidate démocrate avec le monde de la finance, son adhésion à la "Realpolitik" et sa duplicité sur plusieurs thèmes, dont le commerce international.

>> Pour plus d'infos: Duplicité et calcul politique, ce que révèle Wikileaks sur Hillary Clinton

Dernière révélation en date: Hillary Clinton aurait reçu à l'avance des questions de débats de la primaire grâce à une commentatrice politique sur CNN, actuelle présidente intérimaire du parti démocrate. La chaîne américaine a annoncé lundi qu'elle cessait sa collaboration avec la commentatrice.

> Mais aussi...

Ces affaires ont été abondamment relayées dans la campagne américaine tandis que d'autres sont passées plus inaperçues. A l'image de celles sur la Fondation Trump, sous enquête pour suspicions d'utilisation à des fins personnelles, ou la révélation du Journal News, repérée samedi par le New York Times, sur la résidence des Clinton à Chappaqua. Nouveau système de chauffage, murs déplacés et travaux dans la piscine, le couple y a entrepris des rénovations sans au préalable obtenir de permis. Une tuile de plus dans une campagne agitée.

tmun

Publié le 01 novembre 2016 à 16:35 - Modifié le 01 novembre 2016 à 18:38