Modifié

Donald Trump présente les premières mesures qu'il prendrait s'il était élu

Donald Trump lors de son discours à l'hôtel Eisenhower de Gettysburg, le 22 octobre 2016. [Mandel Ngan - AFP]
Donald Trump lors de son discours à l'hôtel Eisenhower de Gettysburg, le 22 octobre 2016. [Mandel Ngan - AFP]
Le candidat républicain Donald Trump a dévoilé samedi les premières mesures qu'il prendrait en cas de victoire à la présidentielle américaine. Un programme qui permettrait selon lui de créer 25 millions d'emplois en dix ans.

Lors d'un meeting dans la ville historique de Gettysburg (Pennsylvanie, est), l'homme d'affaires a développé son programme s'il remporte l'élection présidentielle le 8 novembre.

Pour renouveler la classe politique, le républicain voudrait commencer par instaurer une limite du nombre de mandats pour les élus du Congrès. Au niveau économique, il veut renégocier le traité de libre-échange nord-américain (Nafta), et faire sortir les Etats-Unis du Partenariat transpacifique (TPP).

Annuler des paiements prévus aux Nations unies

Donald Trump affirme aussi vouloir redévelopper la production d'énergies fossiles et annuler des milliards de dollars de paiements prévus aux Nations unies dans le cadre des programmes pour lutter contre le changement climatique.

Il souhaite par ailleurs suspendre l'immigration de personnes en provenance de pays où les vérifications de sécurité ne peuvent pas se faire correctement. Et il veut mettre en place un "contrôle extrême" aux frontières. Sans oublier le mur à la frontière avec le Mexique.

Abolir l'Obamacare

Donald Trump abolira la loi santé "Obamacare" mise en place par l'actuel président. Il prévoit aussi 1000 milliards de dollars de dépenses d'infrastructures dans les 10 prochaines années.

Donald Trump veut encore entre autres simplifier le code des impôts, faire baisser les taxes pour la classe moyenne de 35% et rendre les frais universitaires plus abordables.

>> Lire aussi: Hillary Clinton maintient son avance dans la course aux grands électeurs

ats/ptur

Publié Modifié

Le candidat veut poursuivre en justice ses accusatrices

Le candidat républicain a aussi présenté une série de griefs personnels. Il a notamment promis de poursuivre en justice un certain nombre de femmes qui l'ont accusé d'agressions sexuelles.

Il a également critiqué la presse qu'il accuse de couvrir la campagne électorale de façon partisane, en favorisant sa rivale démocrate Hillary Clinton. "Ils essaient désespérément de supprimer ma voix et celle du peuple américain", a déclaré le magnat de l'immobilier devant ses partisans.