Modifié le 15 octobre 2016 à 11:20

Accumulation d'accusations sexuelles contre Trump, qui crie au complot

Le candidat républicain Donald Trump a fait l'objet jusqu'à présent de près d'une dizaine d'accusations pour agressions d'ordre sexuel.
Le candidat républicain Donald Trump a fait l'objet jusqu'ici d'une dizaine d'accusations pour agressions d'ordre sexuel. [Mike Segar - Reuters]
Deux nouvelles femmes ont accusé vendredi Donald Trump de les avoir embrassées ou touchées sans leur consentement. Le candidat républicain à la présidentielle américaine dénonce un complot politico-médiatique.

Au moment où Donald Trump s'exprimait lors d'un meeting vendredi après-midi, une ancienne participante à son émission de téléréalité "The Apprentice" l'accusait lors d'une conférence de presse de l'avoir embrassée sans consentement en 2007 et de l'avoir plus tard entraînée dans sa chambre d'hôtel après lui avoir touché les seins.

Quelques heures plus tôt, une autre femme a raconté au Washington Post qu'au début des années 1990, dans un club de New York, Donald Trump avait touché ses parties génitales en mettant sa main sous sa jupe.

"Mensonges"

Chaque jour libère ainsi la parole de femmes accusant le promoteur immobilier d'agressions sexuelles, depuis l'exhumation vendredi dernier d'une vidéo accablante de 2005.

"Mensonges, mensonges, mensonges", a tonné Donald Trump vendredi à Greensboro, en Caroline du Nord (est).

Le milliardaire dénonce une collusion des médias et de l'équipe de son adversaire démocrate Hillary Clinton. "Cette élection est truquée. Ces mensonges répandus sans preuve par les médias sont en train d'empoisonner l'esprit de l'électorat", a-t-il dit.

>> Lire aussi: Dans un discours offensif, Michelle Obama s'attaque au "prédateur" Trump

afp/kkub

Publié le 15 octobre 2016 à 08:47 - Modifié le 15 octobre 2016 à 11:20

Donald Trump devancé de 7 points par Hillary Clinton

Hillary Clinton, créditée de 44% des intentions de vote, devance de sept points Donald Trump. Le milliardaire engrange 37% des voix, dans la dernière livraison du sondage Reuters/Ipsos publié vendredi.

L'enquête a été conduite entre les 7 et 13 octobre auprès d'électeurs probables. La vague d'enquête a couvert le deuxième des trois débats présidentiels, qui opposait les deux candidats le 9 octobre.

Elle englobe aussi les premières accusations de harcèlement et d'agression sexuels portées mercredi contre le candidat républicain par le New York Times.