Modifié le 12 octobre 2016 à 16:30

Une pétition dénonce le "pantouflage" de Barroso chez Goldman Sachs

Démonstration à Bruxelles contre l'engagement de José Manuel Barroso chez Goldman Sachs
Démonstration à Bruxelles contre l'engagement de José Manuel Barroso chez Goldman Sachs L'actu en vidéo / 22 sec. / le 12 octobre 2016
Une pétition signée par plus de 150'000 personnes dénonce la reconversion de l'ancien président de la Commission européenne José Manuel Barroso au sein de la banque Goldman Sachs. Elle a été déposée mercredi à Bruxelles.

Lancée par un collectif d'employés des institutions européennes, cette pétition en ligne demande "des mesures fortes et exemplaires" contre José Manuel Barroso, accusé de "déshonorer la fonction publique européenne et l'Union européenne dans son ensemble".

La reconversion bancaire de José Manuel Barroso, après dix ans de présidence de la Commission européenne, est un signal dramatique, à l'heure de la méfiance croissante des citoyens à l'égard de l'UE, selon les pétitionnaires.

>> Lire aussi: Pluie de critiques après la nomination de José Manuel Barroso chez Goldman Sachs

Examen juridique et sanctions

Le texte, muni de plus de 150'000 signatures, demande une analyse juridique du passage de l'ancien responsable auprès de Goldman Sachs, un institut bancaire contesté dans la crise financière et dans la crise de la dette grecque.

La pétition exige également un examen détaillé et transparent du respect par José Manuel Barroso de ses devoirs de réserve et de délicatesse à l'égard de l'UE, notamment l'usage qu'il fera des informations confidentielles qu'il détient.

Enfin, le texte réclame d'éventuelles sanctions contre l'ancien président de la Commission, notamment "la suspension de ses indemnités de retraite" ainsi que "la suspension de tous ses titres honorifiques liés aux institutions européennes".

Règles éthiques à renforcer

Plus généralement, les auteurs de la pétition exigent un renforcement des règles d'éthique en matière de reconversion des commissaires européens, afin d'éviter des transferts jugés problématiques dans le secteur privé.

Le texte, adressé aux présidents de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, du Conseil de l'Union européenne Donald Tusk et du Parlement européen Martin Schulz, a été déposé par des anciens fonctionnaires européens.

>> Lire aussi: Ces dirigeants qui se recyclent dans le secteur privé

rc/dk

Publié le 12 octobre 2016 à 13:10 - Modifié le 12 octobre 2016 à 16:30