Modifié

Prescriptions de cortisone "suspectes" pour Chris Froome sur le Tour de Romandie 2014

Froome a remporté le Tour de Romandie en 2014. [Jean-Christophe Bott - Keystone]
Froome a remporté le Tour de Romandie en 2014. [Jean-Christophe Bott - Keystone]
De nouveaux documents publiés jeudi suite au piratage de l'Agence mondiale antidopage (AMA) dévoilent des prescriptions de corticoïdes, normalement interdits, accordées à Christopher Froome lors de sa victoire sur le Tour de Romandie 2014.

L'Union cycliste internationale a délivré à Christopher Froome trois autorisations d'usage à des fins thérapeutiques (AUT) pour de la prednisolone, 40 mg par voie orale par jour, du 29 avril au 6 mai 2014. Ces AUT permettent la prise de médicaments interdits par le code antidopage pendant une période déterminée. Dans ce cas, il s'agit du Tour de Romandie, que le Britannique de l'équipe Sky remportait pour la 2e année consécutive.

Toujours selon les documents publiés jeudi, une AUT semblable lui avait été accordée un an plus tôt lors du Critérium du Dauphiné, également remporté par le triple vainqueur du Tour de France. Ce que le coureur confirme.

"En 9 ans dans ma carrière professionnelle, j'ai demandé à 2 reprises une autorisation thérapeutique pour des problèmes d'asthme, et la dernière fois c'était en 2014", a réagi Chris Froome après la publication des données. (lire: L'AMA piratée)

Dépasser le seuil de la douleur

Seul hic: en compétition, le médicament aurait dû être prescrit en spray pour traiter des problèmes d'asthme, et non par voie orale. Sous cette forme et à cette dose, la prednisolone permet surtout de dépasser le seuil de la douleur et de la fatigue, explique le Dr Gérald Gremion, médecin-chef du Swiss olympic medical center et médecin au CHUV, qui juge les prescriptions "très suspectes".

Comme la veille dans le cas de Serena Williams (lire: De la cortisone prescrite à Serena Williams pendant Roland-Garros 2015 ), il estime que ces AUT n'auraient pas dû être accordées au Britannique.

Interrogée sur les exemptions thérapeutiques de Chris Froome, l'UCI s'est contentée de rappeler que "la gestion des AUT dans le cyclisme est rigoureuse et pleinement encadrée" par un comité d'experts, sans se prononcer sur ce cas.

Distribution "abusive"

Gérald Gremion dénonce certaines pratiques, surtout chez les Anglo-Saxons. "Il y a beaucoup trop d'autorisations thérapeutiques distribuées de manière abusive. Quand il s’agit d’athlètes anglo-saxons, les AUT semblent délivrées avec une grande complaisance", regrette le spécialiste en médecine du sport. Les chiffres publiés dans le rapport annuel de l'Agence mondiale antidopage (AMA) confirme un boom des exemptions thérapeutiques ces dernières années.

En 2015, l'AMA a délivré 1330 autorisations à des fins thérapeutiques dans le cadre du système d’administration et de gestion antidopage (ADAMS). C'est 48% de plus qu'en 2014, où 897 avaient été accordées. Face à cette augmentation, qui était déjà de +41% l'année précédente, certains observateurs regrettent une forme de légalisation du dopage.

Mardi, l'AMA avait annoncé que sa base de données avait été piratée par un groupe de hacker, les "Fancy Bears". Ces derniers ont publié jusqu'à maintenant des documents confidentiels concernant 29 athlètes, la plupart médaillés aux Jeux olympiques.

Valentin Tombez

Publié Modifié