Modifié le 02 septembre 2016

Le président ouzbek Islam Karimov est décédé à l'âge de 78 ans

L'état de santé du président ouzbek Islam Karimov s'est nettement dégradé ces dernières vingt-quatre heures.
L'état de santé du président ouzbek Islam Karimov s'est nettement dégradé ces dernières vingt-quatre heures. [Alexander Zemlianichenko - Keystone]
Le président Islam Karimov, à la tête de l'Ouzbékistan depuis plus d'un quart de siècle, est décédé vendredi des suites d'une hémorragie cérébrale, a annoncé dans la soirée la télévision publique ouzbèke.

"Chers compatriotes, c'est avec un immense chagrin dans nos coeurs que nous vous annonçons la mort de notre cher président", a déclaré le présentateur. Plusieurs sources diplomatiques avaient annoncé la mort du chef d'Etat dès vendredi matin.

Les funérailles auront lieu samedi à Samarcande, la ville natale de Karimov, dans le sud-est du pays. Le Premier ministre Chavkat Mirzioïev a été chargé de présider la commission chargée d'organiser les funérailles, une indication sur le rôle important qui devrait être le sien après la mort d'Islam Karimov.

Accusé d'avoir truqué les élections

Né le 30 janvier 1938, le président ouzbek a grandi dans un orphelinat avant de gravir tous les échelons de l'appareil du Parti communiste à l'époque de l'URSS.

De nombreuses ONG accusent Karimov, réélu en 2015, d'avoir régulièrement truqué les élections, arrêté arbitrairement des centaines d'opposants et soutenu le recours à la torture dans les prisons.

agences/boi

Publié le 02 septembre 2016 - Modifié le 02 septembre 2016

Une "perte immense"

Le président russe Vladimir Poutine a qualifié vendredi de "perte immense" la mort du président ouzbek Islam Karimov, saluant la mémoire d'un "homme d'Etat de la plus grande autorité et un vrai leader".

"Sa mort constitue une perte immense pour le peuple d'Ouzbékistan ainsi que pour la Communauté des Etats indépendants (regroupant des ex-républiques soviétiques, ndlr) et les pays partenaires de l'Organisation de coopération de Shanghai", a déclaré Vladimir Poutine.