Modifié le 29 août 2016 à 16:55

La musique dans les magasins, "c'est aussi nocif que le tabagisme passif"

Nigel Rodgers juge que la stimulation sonore est excessive.
Nigel Rodgers juge que la stimulation sonore est excessive. [Justin Tallis - AFP]
Un Britannique de 63 ans s'est lancé dans un long combat contre les grands magasins pour qu'ils arrêtent de diffuser de la musique d'ambiance. Et il a obtenu un premier succès, une décision en ce sens de la chaîne Marks and Spencer.

Nigel Rodgers mène depuis des décennies un combat contre les décibels de pop tonitruante que les magasins diffusent sans relâche. "C'est aussi nocif que le tabagisme passif, ça pourrait rendre fou n'importe qui", se plaint celui qui a fondé une association pour y mettre fin.

Nous vivons en permanence dans un environnement bruyant

Nigel Rodgers

Le Britannique vient d'obtenir une victoire importante après l'envoi de centaines de lettres à Marks and Spencer. La chaîne a annoncé qu'elle allait cesser de diffuser de la musique.

Problèmes d'audition et tension artérielle

Mais le sexagénaire n'entend pas en rester là et espère convaincre les autres grands détaillants, grâce aussi à des organisations relais aux Etats-Unis et en Allemagne.

Ce n'est pas le problème de deux ou trois névrosés, c'est un problème beaucoup plus grave

Nigel Rodgers

Nigel Rodgers regrette que la mécanisation de la société ait augmenté le volume dans le monde moderne, avec des retombées négatives telles que problèmes d'audition ou hausse de la tension artérielle.

"Nous sommes artificiellement stimulés tout le temps, ce pour quoi notre organisme n'est pas fait", conclut-il.

afp/boi

Publié le 28 août 2016 à 10:34 - Modifié le 29 août 2016 à 16:55

Une musique qui change durant la journée

Pour les professionnels de la vente, la musique de fond aide au contraire à améliorer l'environnement dans les magasins.

Adrian England, de PEL Services, qui fournit de la musique aux grandes chaînes de magasins, affirme que le silence met certaines personnes mal à l'aise. "Sans musique, vous entendez les disputes, les enfants bruyants, toutes sortes de bruits que la musique masque", juge-t-il.

Les magasins aiment offrir à leurs clients deux ou trois genres de musique différents et changent le rythme au cours de la journée, doux le matin, dynamique le soir.

Le but est atteint lorsque les clients ne réalisent même pas qu'il y a de la musique, selon lui: "C'est le paradoxe. Si vous faites ça bien, les clients ne s'en rendent pas compte, ils ne vont pas faire de compliments, mais ils ne vont pas se plaindre non plus".

Une bonne musique augmente les ventes

Adrian North, professeur à l'université australienne de Curtine, a lui enquêté sur l'impact de la musique sur la consommation et estime que peu de magasins l'utilisent convenablement pour communiquer avec leurs clients.

D'après lui, diffuser la "bonne" musique dans un environnement commercial peut augmenter les ventes jusqu'à 20%. Une musique inadaptée "est pire que pas de musique du tout".