Modifié le 15 juillet 2016 à 20:30

Vague d'indignation dans le monde après l'"exécrable" attentat de Nice

Une femme dépose des fleurs vendredi devant l'ambassade française de Moscou.
Une femme dépose des fleurs vendredi devant l'ambassade française de Moscou. [Maksim Blinov - Sputnik]
L'attentat qui a fait au moins 84 morts jeudi soir à Nice a provoqué une vague d'indignation à travers le monde. Les message de solidarité affluaient vendredi matin des dirigeants du monde entier.

- Barack Obama a fermement condamné "une horrible attaque terroriste" à Nice. "Nous sommes solidaires de la France, notre plus vieil allié", a déclaré le président américain dans un communiqué. "En ce 14 juillet, nous nous rappelons (...) des valeurs démocratiques qui ont fait de la France une inspiration pour le monde entier", a-t-il poursuivi. Le secrétaire d'Etat américain John Kerry, qui avait assisté au défilé du 14 juillet à Paris plus tôt dans la journée, a quant à lui fustigé une "attaque affreuse (...) contre des personnes innocentes durant un jour qui célèbre la liberté, l'égalité et la fraternité".

- Les candidats à la présidentielle américaine ont aussi réagi. "Tous les Américains sont solidaires du peuple de France et nous disons d'une seule voix: nous ne serons pas intimidés", a affirmé la démocrate Hillary Clinton. Pour sa part, le républicain Donald Trump a adressé ses "prières et condoléances aux victimes et aux familles".

- Le Premier ministre canadien Justin Trudeau a aussi adressé sa "sympathie" aux Français.

- Dans une déclaration commune, les 15 pays membres du Conseil de sécurité de l'ONU ont "condamné avec la plus grande fermeté l'attaque terroriste barbare et lâche" de Nice. Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a lui souligné "la nécessité d'intensifier les efforts régionaux et internationaux pour combattre le terrorisme et l'extrémisme violent".

- Le président brésilien par intérim Michel Temer et la présidente chilienne Michelle Bachelet ont également exprimé leur consternation et leur solidarité.

Condamnations unanimes des dirigeants européens

La plupart des chefs d'Etat européens se trouvent vendredi dans la capitale mongole Oulan-Bator pour le 11e sommet Europe-Asie. Ils ont unanimement fait part de leur indignation.

- "L'Allemagne est aux côtés de la France dans la lutte contre le terrorisme", a déclaré la chancelière allemande Angela Merkel. "Les mots suffisent à peine pour dire ce qui nous unit à nos amis français".

- Le cabinet de la nouvelle Première ministre britannique Theresa May s'est dit "très choqué et inquiet". Le président du gouvernement espagnol Mariano Rajoy a quant à lui présenté sur Twitter ses condoléances au peuple français, et dénoncé un "attentat exécrable".

- "Réagir est un devoir moral", a écrit le chef du gouvernement italien Matteo Renzi. "Ne pas laisser seuls les Français est l'engagement de l'Italie (...) Les images qui arrivent de Nice étouffent les paroles dans la gorge, bloquent les doigts sur le clavier".

- "Le terrorisme n'a pas de frontières et représente un défi commun", a déclaré le Premier ministre russe Dmitri Medvedev. "Encore plus parce que les terroristes et ceux qui les financent ne comprennent que la force ; nous devons l'utiliser (contre eux)", a-t-il ajouté.

"Tant de rêves détruits"

- Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker s'est dit "affligé" par l'attentat "lâche et barbare" et déploré un lourd bilan, "tant de rêves détruits et (...) de biographies cassées" dans une ville-symbole de l'Europe.

- Le président du Conseil européen Donald Tusk a déploré "un jour triste pour la France, pour l'Europe, pour nous tous". "Ceux qui ont été visés par l'attaque étaient des gens qui fêtaient la liberté, l'égalité et la fraternité", a-t-il ajouté.

- "La Turquie, toujours aux côtés des États du monde dans la lutte internationale contre le terrorisme, partage la douleur du peuple français", a tweeté en français le Premier ministre turc Binal Yildirim. "Le terrorisme est un crime contre l'humanité, nul ne sait qui et quand il frappera prochainement".

- Enfin le porte-parole du Vatican, père Federico Lombardi, a exprimé, dans un communiqué en français, "de la part du Pape François notre participation et solidarité avec la souffrance des victimes et du peuple français tout entier" en "un jour qui devait être un grand jour de fête".

Condamnations africaines

- En Afrique, deux pays récemment endeuillés par des attaques islamistes ont présenté leurs condoléances: "Nous sommes horrifiés et fortement choqués par les images qui nous parviennent de Nice", a déclaré le Premier ministre ivoirien Daniel Kablan Duncan, quand le président malien Ibrahim Boubacar Keïta a lui exprimé "compassion" et "indignation".

- La plus haute institution de l'islam sunnite en Egypte, Al-Azhar, a appelé à l'unité pour "débarrasser le monde du terrorisme", dont les attaques "abominables contredisent les enseignements de l'islam".

- L'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis et l'Egypte ont condamné l'attaque et assuré la France de leur soutien. Le terrorisme "ne connaît pas de frontières et détruit la vie d'innocents à travers le monde", a souligné le président égyptien, Abdel Fattah al-Sissi.

- Le chef de la Ligue arabe, Ahmed Aboul Gheit, a lui aussi condamné un "attentat terroriste lâche".

>> Lire aussi: Johann Schneider-Ammann: "De tels actes sont absolument inacceptables"

afp/ptur

Publié le 15 juillet 2016 à 10:34 - Modifié le 15 juillet 2016 à 20:30

Vives condamnations de pays arabes et de l'Iran

L'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis et l'Egypte ont aussi condamné dans les termes les plus vifs l'attentat de Nice. En Arabie saoudite, un porte-parole officiel a dénoncé une attaque "terroriste ignoble". Le royaume saoudien, frappé il y a une dizaine des jours par des attentats meurtriers, assure la France "amie" de sa "solidarité et de sa coopération pour affronter ensemble les actes terroristes sous toutes leurs formes", a ajouté le porte-parole.

A Abou Dhabi, le ministre des Affaires étrangères Abdallah ben Zayed Al-Nahyane a "dénoncé un crime ignoble" et fait part de "la totale solidarité et du soutien" de son pays à la France "dans toutes les mesures qu'elle entreprend".

En Egypte, le président Abdel Fattah al-Sissi, dont le pays fait face à des attentats djihadistes, a réaffirmé "la pleine solidarité de l'Egypte avec la France amie".

L' Irana "offert" ses condoléances à la France après "l'acte criminel terroriste à Nice". "Comme nous l'avons dit dans le passé, le terrorisme est un fléau qui ne peut être déraciné sans une unité et une collaborations internationales".

Nombreuses réactions politiques en France

Les politiciens français ont aussi bien sûr fait part de leur indignation après l'attentat qui a endeuillé Nice et les célébrations du 14-Juillet.