Modifié

Bruxelles rappelle que Barroso est tenu au secret professionnel

La nomination de José Manuel Barroso chez Goldman Sachs crée l'indignation [RTS]
La nomination de José Manuel Barroso chez Goldman Sachs crée l'indignation / 19h30 / 2 min. / le 11 juillet 2016
La Commission européenne a rappelé lundi que José Manuel Barroso, dont l'embauche par Goldman Sachs a déclenché une polémique, était tenu au "secret professionnel" en tant qu'ex-président de l'exécutif bruxellois.

José Manuel Barroso, qui a présidé la Commission de 2004 à 2014, a été engagé par la banque d'affaires américaine pour la conseiller dans le contexte du Brexit.

>> Lire: Pluie de critiques après la nomination de José Manuel Barroso chez Goldman Sachs

"Dans tous les cas de figure, tous les anciens membres (...) restent liés par les obligations d'intégrité, de discrétion et de secret professionnel comme décrit" dans deux articles du traité sur le fonctionnement de l'Union européenne, a rappelé un porte-parole de la Commission, Margaritis Schinas.

"Nous avons un devoir en tant que Commission de suivre si ces articles sont respectés (...) dans la pratique", a-t-il ajouté.

18 mois de pause

Le code de bonne conduite signé par les commissaires prévoit une période de "refroidissement" de dix-huit mois à l'issue de leur mandat.

Ce dispositif n'est plus d'application pour José Manuel Barroso, qui a quitté ses fonctions début novembre 2014 et a cessé de percevoir en janvier 2015 l'indemnité de transition prévue.

>> Les précisions d'Isabelle Ory à Bruxelles:

José Manuel Barroso - Goldman Sachs: le point avec Isabelle Ory, à Bruxelles [RTS]
José Manuel Barroso / Goldman Sachs: le point avec Isabelle Ory, à Bruxelles / 19h30 / 1 min. / le 11 juillet 2016

afp/sbad

Publié Modifié

Jean-Claude Juncker informé personnellement

Le président actuel de l'exécutif bruxellois, Jean-Claude Juncker, a expliqué avoir reçu un appel de M. Barroso qui l'a personnellement informé après son embauche chez Goldman Sachs. M. Juncker a ajouté ne pas souhaiter "faire de commentaires".