Modifié

Après Dallas, Barack Obama dénonce encore une fois la prolifération d'armes

Barack Obama lors de la conférence de presse à Varsovie où il assiste au sommet de l'OTAN. [AP Photo/Susan Walsh]
Barack Obama lors de la conférence de presse à Varsovie où il assiste au sommet de l'OTAN. [AP Photo/Susan Walsh]
Le président américain Barack Obama a estimé samedi que Américains ne pouvaient plus fermer les yeux sur la prolifération des armes à feu dans leur pays après la mort de cinq policiers à Dallas.

Le président américain Barack Obama a aussi estimé samedi que les Etats-Unis n'étaient pas "aussi divisés" que la tuerie de Dallas pouvait le laisser penser.

"Même si la semaine a été très douloureuse, je crois que l'Amérique n'est pas aussi divisée que certains le suggèrent", a-t-il dit lors d'une conférence de presse à l'issue du sommet de l'Otan à Varsovie.

Le tireur "dément" de Dallas, qui a tué cinq policiers, ne représente pas les Afro-Américains, a-t-il également déclaré.

>> Lire aussi: Le tireur de Dallas était seul et avait un véritable arsenal chez lui

Manifestation à Londres

Sous le mot d'ordre "les vies noires ont de l'importance", plusieurs centaines de personnes ont par ailleurs manifesté samedi à Londres pour dénoncer les meurtres d'hommes noirs par la police aux Etats-Unis.

Les manifestants protestaient contre la mort ces derniers jours de deux hommes noirs, tués par la police, en Louisiane et dans le Minnesota, deux jours après après qu'un homme noir a abattu cinq policiers à Dallas lors d'une manifestation contre les violences policières.

afp/reuters/sbad

Publié Modifié

"L'Europe pourra toujours compter sur les Etats-Unis"

Le président américain Barack Obama a déclaré samedi à Varsovie, au 2e jour d'un sommet de l'OTAN, que l'Europe pourra "toujours" compter sur les Etats-Unis.

"Dans les bons comme dans les mauvais moments l'Europe peut compter sur les Etats-Unis. Toujours", a-t-il assuré lors d'une conférence de presse. Mais, quant à l'effort pour la défense, "chacun doit se prendre en main et faire mieux", a-t-il souligné.

Le président a par ailleurs appelé l'Allemagne, l'Italie, la France et la Grande-Bretagne à "préserver la stabilité et la santé du projet européen" après la
décision des Britanniques de quitter l'Union européenne.

"Présumer que le Brexit se fera"

Le président Barack Obama a estimé samedi que la Grande-Bretagne allait quitter l'Union Européenne, repoussant des hypothèses sur un éventuel retour en arrière par rapport au résultat du référendum.

"Je pense que nous devons présumer que le référendum qui a fait l'objet de beaucoup d'attention, qui s'est déroulé après une longue campagne et avec une participation relativement élevée, entrera dans les faits", a dit Barack Obama, répondant à une question sur un possible renversement de la situation.