Trente ans après, l'Ethiopie souffre à nouveau de la sécheresse

Dix millions d'Ethiopiens sont au bord de la famine

Introduction

En 1984 et 1985, la famine en Ethiopie avait ému le monde entier: des images d'enfants décharnés et morts de faim avaient été diffusées sur toutes les télévisions. La sécheresse avait fait 400'000 victimes, faisant de ce pays d'Afrique de l'Est le symbole de la lutte contre la faim.

Trente ans plus tard, une nouvelle sécheresse frappe l'Ethiopie, provoquée par le phénomène El Niño, mais les autorités semblent mieux préparées pour éviter une famine de grande envergure.

L'ONU a lancé un appel aux dons de 500 millions de dollars pour aider le pays, où 10 millions de personnes sont actuellement au bord de la famine, dont 400'000 enfants souffrant de malnutrition. Mais, pour l'heure, l'argent reçu n'a pas répondu aux attentes et le relais médiatique est quasiment inexistant.

Une femme et du bétail en Ethiopie. [Yves Magat - RTS]Une femme et du bétail en Ethiopie. [Yves Magat - RTS]

Afin de mieux comprendre la situation, ce long format vous propose:

■ Un reportage en Ethiopie et des photos pour montrer la sécheresse qui ravage le pays.

■ Des chiffres pour mieux comprendre l'ampleur du phénomène.

■ Un éclairage sur les phénomènes El Niño et La Niña pour saisir l'origine de la sécheresse.

■ Un retour sur la tragique famine de 1984 qui avait marqué les esprits.

■ Un regard sur les moyens de lutte contre le phénomène et sur les organisations actives sur place.

Le reportage

Le journaliste de la RTS Yves Magat et son caméraman Alain Pentucci ont parcouru l'Ethiopie durant plusieurs jours à la fin du mois d'avril 2016 pour rendre compte de la sécheresse. Ils se sont rendus notamment à Kedamit, Sekota, Shimedir et Dehana. Trois reportages sont tirés de ce voyage, l'un sur la sécheresse en Ethiopie proprement dite et un autre sur l'aide concrète apportée par l'ONG Helvetas dans le nord du pays. Un troisième reportage suivra dans un camp de réfugiés érythréens en Ethiopie.

>> Le premier reportage sur la sécheresse:

Sécheresse en Ethiopie: L'ONG suisse Helvetas participe à l'aide d'urgence [RTS]
19h30 - Publié le 6 mai 2016

>> Et toutes les photos, dont celles qui sont utilisées pour ce grand format, sont visibles sur le compte Twitter de @yvesmagat.

Faits et chiffres

A cause d'El Niño, de nombreux districts d'Ethiopie sont aujourd'hui frappés par la sécheresse et des rivières sont asséchées. Les habitants manquent d'eau et de nourriture, et le bétail se retrouve sur des pâturages désertiques. Des dizaines de milliers de chameaux, chèvres et vaches sont morts d'épuisement et les récoltes sont partout mauvaises ou inexistantes.

Pour l'ONU, il s'agit de la pire sécheresse depuis 30 ans. Certains assurent même que la situation est pire que lors de la famine de 1984. Les autorités sont de leur côté partagées entre le désir d'obtenir l'aide internationale et l'envie de se débarrasser de l'image de pays de la famine. Ainsi, si un appel à l'aide à hauteur de 1,4 milliard de dollars a été lancé, le gouvernement veut aussi poursuivre sa politique de croissance économique.

Par ailleurs, de l'avis des experts, si la sécheresse est très grave en 2016, le pays semble mieux préparé qu'autrefois pour y faire face. La collaboration avec les ONG est meilleure et l'aide n'est plus détournée comme c'est arrivé parfois. Une famine de grande envergure, comme celle de 1984, semble ainsi improbable.

>> Les chiffres de la sécheresse, selon l'ONG Save the Children:

Les chiffres de la sécheresse, selon l'ONG Save the Children.Les chiffres de la sécheresse, selon l'ONG Save the Children.

Carte d'identité

Population: 99 millions d'habitants en 2015

Capitale: Addis-Abeba (4,7 millions d'habitants)

Superficie: 1'127'127 km2

Espérance de vie: 64 ans

Population de moins de 15 ans: 44%

Taux d'alphabétisation: 39%

Mortalité infantile: 59 pour 1000 enfants

Indice de développement humain: 174e sur 187 pays

Produit intérieur brut: 47 milliards de dollars (83e, Suisse: 685 milliards)

Ratio de la population pauvre: 29%

Aide au développement: 3,8 milliards de dollars (5e pays récipiendaire)

Utilisateurs d'internet: 15 pour 1000 habitants

Les chiffres

10 à 15 millions d'Ethiopiens, soit 10% de la population, ont besoin d'une aide alimentaire urgente, selon l'ONU. Et ce chiffre pourrait doubler rapidement.

400'000 enfants sont en risque de malnutrition sévère, estime l'Unicef, un chiffre qui pourrait toutefois être largement supérieur.

1,4 milliard d'euros seraient nécessaires pour surmonter cette crise, d'après les autorités éthiopiennes, qui disent ne disposer que de la moitié de la somme.

700 millions ont été déjà été débloqués par les autorités pour gérer la crise alimentaire.

82'000 Ethiopiens ont fui le pays à travers la mer Rouge en 2015 pour rejoindre le Yémen, pourtant en proie à un conflit d'importance. Des dizaines d'entre eux ont perdu la vie durant la traversée.

60 millions de personnes sont touchées dans le monde par les conséquences d'El Niño.

>> L'interview de Moges Girma, un villageois venu chercher de l'aide alimentaire à Sekota:

J'ai planté du sorgho mais l'avenir est dans les mains de Dieu

Moges Girma
Interview d'un témoin de la famine en Ethiopie [RTS]
L'actu en vidéo - Publié le 5 mai 2016

El Niño et La Niña

El Niño

El Niño est un phénomène climatique naturel régulier, faisant passer le climat de certaines régions d'un état normal à un état extrême. Il s'agit à la base d'un courant équatorial chaud du Pacifique qui se traduit par une nette hausse de la température de l'eau en surface, puis par un changement des températures des masses d'air sur l'ensemble du globe.

Survenant tous les quatre à sept ans, El Niño provoque des tempêtes et des inondations dans certaines régions du monde ou des températures élevées et des sécheresses dans d'autres.

Le phénomène El Niño actuel s'est développé début 2015 avec une intensité jugée forte par les climatologues. En 2016, la chaleur a atteint des niveaux historiques dans certaines régions, avec des records absolus de chaleur pour la Thaïlande (44,3 degrés) et le Cambodge (42,6).

>> Les régions les plus touchées:

Les anomalies climatiques causées par El Niño (source: MétéoSuisse).Les anomalies climatiques causées par El Niño (source: MétéoSuisse).

La Niña

Si le phénomène El Niño semble maintenant terminé, c'est comme souvent La Niña qui prend le relais et qui est désormais sous surveillance. Son mécanisme est l'inverse d'El Niño avec un refroidissement des eaux de surface du Pacifique.

La Niña suit généralement El Niño, mais ce n'est pas forcément le cas. Les conséquences sont semblables avec des cyclones et des tempêtes par endroits et des sécheresse dans d'autres.

La Niña ne frappe pas toutes les régions du globe de la même manière, mais ce sont souvent les pays déjà touchés par El Niño quelques mois auparavant qui sont concernés par ce nouveau dérèglement climatique. Ainsi, ces régions sont fréquemment dévastées deux fois de suite, de manière souvent encore plus importante la seconde fois.

>> L'intensité El Niño et de La Niña:

L'ampleur des phénomènes climatiques El Niño et la Niña depuis 60 ans (source: MétéoSuisse).L'ampleur des phénomènes climatiques El Niño et la Niña depuis 60 ans (source: MétéoSuisse).

La famine de 1984

En 1984 et 1985, une famine causée par l'absence de précipitations avait touché l'Ethiopie. Les récoltes ont été désastreuses et les populations ont souffert de la faim pendant plus d'un an. Le phénomène a encore été aggravé par la guerre civile qui ravageait le pays, le gouvernement se montrant incapable de gérer la crise humanitaire. Une politique de déplacements forcés avait encore accru la famine.

Des reportages montrant des enfants morts de faim ou décharnés, des parents incapables de nourrir leurs enfants et des animaux errant à la recherche de nourriture ont été diffusées durant de longs mois sur les télévisions européennes.

>> Le point dans le Téléjournal du 30 janvier 1985 avec la journaliste Madeline Chevallaz:

Retour sur la famine de 1984 dans les archives de la RTS [RTS]
L'actu en vidéo - Publié le 5 mai 2016

Ces images ont vite suscité une vive émotion internationale et les organisations internationales se sont mobilisées, même si l'aide apportée a souvent été détournée par l'un ou l'autre camp. Plusieurs pays ont envoyé des avions pour parachuter de la nourriture.

Par la suite, plusieurs mouvements d'artistes se sont créés pour récolter des fonds pour l'Ethiopie, à l'image de Bob Geldof en 1984 et plus encore la fameuse chanson "We are the World" en 1985, quand une quarantaine de chanteurs américains se sont regroupés autour de Michael Jackson, Lionel Ritchie et Quincy Jones. Ce titre a été vendu à des millions d'exemplaires, permettant de réunir plus de 60 millions de dollars pour l'Ethiopie. En France, un mouvement similaire a créé l'association Chanteurs sans frontières avec notamment le titre "SOS Ethiopie" de Renaud.

>> U.S.A. For Africa: "We Are The World" (1985):

>> Chanteurs sans frontières: "SOS Ethiopie" (1985)

Une ONG suisse sur place

L'association suisse Helvetas est active en Ethiopie depuis 2002 quand la situation politique s'est apaisée. Soutenue par la Chaîne du Bonheur, l'ONG a pour objectif de placer l'agriculture au centre de son engagement dans ce pays. Elle soutient les petits paysans du nord en aidant à la préservation de l'eau pendant les périodes de sécheresse et en luttant contre la faim via l'agriculture. Notre reporter Yves Magat a suivi son activité dans le village de Dehana.

>> Le deuxième reportage d'Yves Magat:

Ethiopie: les agriculteurs doivent apprendre à utiliser le moins d'eau possible [RTS]
19h30 - Publié le 7 mai 2016

Concrètement, Helvetas participe à divers projets d'aide aux populations éthiopiennes: construction de citernes pour retenir l'eau de pluie, culture de plantes résistantes à la sécheresse, promotion de la permaculture, conseils pour la régénération des sols, construction de ponts pour sortir certains hameaux de l'isolement, amélioration de l'accès aux écoles. De la distribution de nourriture pour les habitants et pour le bétail a également lieu.

>> Les photos d'Yves Magat:

Lutter sans média ni moyens

Après l'élan de solidarité des années 1980, les organisations d'aide manquent de moyens pour agir aujourd'hui en Ethiopie et elles critiquent l'indifférence de la communauté internationale qui est davantage préoccupée par d'autres crises humanitaires.

>> Le point dans le 12h30 du 1er janvier 2016:

Distribution de céréales en Ethiopie. [Yves Magat - RTS]Yves Magat - RTS
Le 12h30 - Publié le 31 janvier 2016

Malgré tout, certains programmes d'aide fonctionnent bien dans ce pays. Le Programme alimentaire mondial a ainsi mis en place une aide alimentaire dans la Corne de l'Afrique, et notamment en Ethiopie. Il fournit de la nourriture et des compléments alimentaires à plus de 1,5 million de personnes, et notamment à 700'000 enfants et mères allaitantes. Mais l'augmentation du nombre de personnes qui ont besoin d'une aide fait craindre un manque de moyens.

Dans la région du Tigré, un important système d'irrigation permettant de conserver l'eau de la saison des pluies et d'irriguer les cultures lors de la saison sèche a été construit et le résultat est impressionnant. Le village en question est devenu autosuffisant.

>> Le reportage "Faire verdir le désert pour oublier la famine":

Ceux qui ne mangeaient qu'une fois par jour font maintenant trois repas par jour

Un habitant du Tigré

Une femme à Lalibela, en Ethiopie. [Yves Magat - RTS]Yves Magat - RTS
Le Journal du matin - Publié le 13 juillet 2015

En septembre dernier, le Conseil fédéral avait de son côté décidé d'augmenter son aide à l'Ethiopie à hauteur de 6 millions de francs. La conseillère fédérale Simonetta Sommaruga l'avait annoncé durant un voyage dans ce pays, durant lequel elle avait notamment visité un camp de réfugiés.

>> Le point sur l'aide suisse:

Simonetta Sommaruga a été reçue lundi 26.10.2015 par le Premier ministre éthiopien Hailemariam Dessalegn. [Dominic Steinmann - Keystone]Dominic Steinmann - Keystone
Le Journal du matin - Publié le 27 octobre 2015

Outre Helvetas, des dizaines d'ONG et associations, en Suisse et ailleurs, participent à l'aide apportée en Ethiopie.

Une jeune fille qui fait de la balançoire. [Yves Magat - RTS]Une jeune fille qui fait de la balançoire. [Yves Magat - RTS]

Crédits

Texte et réalisation web: Frédéric Boillat

Reportage et photos en Ethiopie: Yves Magat et Alain Pentucci

Sources: PAM, FAO, Helvetas,Save the Children, MétéoSuisse