Modifié le 02 mai 2016 à 10:49

La ville de Berlin va sévèrement contrôler les locations Airbnb

Les habitants de San Francisco voteront sur l'encadrement des activités d'Airbnb.
Berlin va sévèrement contrôler les locations Airbnb Le Journal du matin / 1 min. / le 02 mai 2016
L'existence d'Airbnb devient très compliquée à Berlin. Depuis dimanche, les annonces sur le site de location d'hébergement entre particuliers sont interdites sans autorisation officielle.

Les récalcitrants à cette régularisation risquent jusqu'à 100'000 euros d'amende, un montant record sur la carte des métropoles qui tentent de contrôler le succès d'Airbnb.

Paris, Amsterdam, Barcelone, Florence ou San Francisco tentent déjà de réguler les locations touristiques proposées par Airbnb.

Mesures

Taxe de séjour, durée de location limitée, commando d'inspecteurs, amendes: de nombreuses mesures sont d'ores et déjà appliquées. La mairie de Berlin a décidé de passer à la vitesse supérieure. Les loueurs doivent désormais obtenir une autorisation de leur mairie de quartier. Mais ces dernières ont déjà confessé ne pas avoir les effectifs pour répondre rapidement à toutes les demandes.

Pour Sylvain Dejean, maître de conférence en économie à l'université de la Rochelle, spécialiste de l'économie numérique et de l'internet, interrogé lundi dans le Journal du matin, cette mesure veut obliger Airbnb à coopérer avec les autorités.

Ces dernières en appellent aussi à la responsabilité citoyenne et proposent de dénoncer, en ligne, les voisins ou connaissances qui louent illégalement leur bien immobilier.

Amende record

L'amende de 100'000 euros fixée par Berlin pour les contrevenants représente en tout cas une menace inédite en Europe. La ville de Paris vient d'annoncer qu'elle va également adopter ce montant dans sa prochaine loi des finances.

Estelle Braconnier/lan

Publié le 02 mai 2016 à 10:48 - Modifié le 02 mai 2016 à 10:49