Modifié

Les budgets de l'aide aux réfugiés ont doublé dans les pays de l'OCDE

Des réfugiés font la queue pour la nourriture au camp grec d'Idomeni, le 11 avril 2016. [Keystone]
Des réfugiés font la queue pour la nourriture au camp grec d'Idomeni, le 11 avril 2016. [Keystone]
L'aide consacrée à l'accueil des réfugiés a doublé dans les pays industrialisés en 2015. Elle est passée de 6,6 à 12 milliards de dollars en un an, sans empiéter sur l'aide au développement, selon l'OCDE.

En 2015, les sommes allouées à l'aide au développement ont augmenté de 6,9% pour atteindre un total de 131,6 milliards de dollars (126,6 milliards de francs), précise l'Organisation pour la coopération et le développement économiques (OCDE).

Cette hausse s'explique par l'augmentation des budgets dédiés à l'accueil des réfugiés. Environ 1,5 million de demandes d'asile ont été enregistrées en 2015 dans les pays de l'OCDE, dont un million en Europe, rappelle l'organisation.

Sommes considérables à trouver

"Les pays ont dû trouver des sommes considérables pour couvrir les coûts d'une crise des réfugiés historique en Europe, et la plupart d'entre eux ont, jusqu'à présent, évité de réorienter l'argent initialement alloué aux programmes de développement.

L'aide publique au développement a connu les plus fortes hausses en Grèce (38,7%), Allemagne (27,9%), Autriche (15,4%) ou Suède (36,8%), parmi les pays les plus concernés par l'afflux de migrants, souligne l'OCDE. En Suisse, la hausse a été de 6,7%.

ats/fme

Publié Modifié

La Suisse, huitième pays le plus généreux

Avec 3,404 milliards de francs (3,538 milliards de dollars) investis dans ce domaine, la Suisse y a consacré l'an dernier 0,52% de son revenu national brut (RNB), contre 0,50% en 2014.

La Confédération conserve ainsi sa huitième place sur 29 dans le classement des pays membres du Comité d'aide au développement de l'OCDE, se félicite le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE). En montants absolus, la Suisse se place à la onzième position dans le classement.

La part des coûts liés à l'accueil des requérants d'asile pendant leur première année de séjour représente 13,4% de l'aide publique au développement helvétique, précisent les services de Didier Burkhalter.

Les Etats-Unis en tête

Sur l'ensemble de l'aide au développement, les donneurs les plus généreux en volume ont été les Etats-Unis (31 milliards de dollars), le Royaume-Uni (18,7 milliards), l'Allemagne (17,8 milliards), le Japon (9,3 milliards) et la France (9,2 milliards).

Le Danemark, le Luxembourg, la Norvège, les Pays-Bas, le Royaume-Uni et la Suède ont dépassé l'objectif des Nations Unies visant à consacrer 0,7% du revenu national brut (RNB) à l'aide publique au développement.