Modifié

David Cameron va créer un groupe d'enquête sur les "Panama Papers"

David Cameron a reconnu ses fautes mais ne démissionnera pas. [Kerry Davies - Reuters]
Le ministre britannique David Cameron veut renforcer la lutte contre l’évasion fiscale / Le Journal du matin / 1 min. / le 11 avril 2016
Le Premier ministre britannique David Cameron a annoncé dimanche la mise en place d'un "groupe de travail" pour enquêter sur les révélations des "Panama Papers", dans lesquelles il est impliqué.

"Ce groupe de travail va réunir le meilleur de l'expertise britannique pour s'occuper de toute faute éventuelle dans le cadre des Panama Papers", a déclaré David Cameron.

La "task force" sera menée conjointement par les agents du fisc britannique et l'agence Nationale contre le crime, avec l'appui de l'office de lutte contre la délinquance financière et le gendarme financier du Royaume-Uni, la Financial Conduct Authority. Elle disposera d'une enveloppe de 10 millions de livres supplémentaires.

Société offshore

Cette annonce intervient alors que le Premier ministre britannique a été sur la défensive toute la semaine après les révélations des "Panama Papers" que son père Ian, décédé en 2010, avait dirigé un fonds d'investissements aux Bahamas.

Jeudi soir, après plusieurs jours de pression, David Cameron a fini par admettre qu'il avait détenu lui-même des parts dans cette société offshore jusqu'en 2010.

ats/los

Publié Modifié

Déclaration d'impôts publiée

Fait inédit dans l'histoire politique britannique, David Cameron a publié dimanche sa déclaration d'impôts des six dernières années pour tenter de reprendre la main dans l'affaire des "Panama Papers" qu'il avoue avoir mal gérée.

La publication est destinée à prouver qu'il n'a jamais cherché à échapper au fisc. Mais elle alimente en fait le scandale, puisque la presse britannique se questionne à présent sur un don de 200'000 livres (environ 270'000 francs) que le Premier ministre a reçu de sa mère.