Modifié

Les hôtesses d'Air France refusant le voile ne voleront pas vers Téhéran

Les hôtesses d'Air France faisant le voyage Paris-Téhéran devront porter des pantalons et un voile à la descente de l'avion. [OLIVIER LABAN-MATTEI - AFP]
Les hôtesses d'Air France faisant le voyage Paris-Téhéran devront porter des pantalons et un voile à la descente de l'avion. [OLIVIER LABAN-MATTEI - AFP]
Air France va instaurer "un dispositif d'exception" pour remplacer les hôtesses et femmes pilotes refusant de porter le voile à la descente de l'avion lors des liaisons Paris-Téhéran.

Selon ce dispositif, qui sera présenté lundi après-midi aux syndicats, "toute femme affectée sur le vol Paris-Téhéran et qui, pour des raisons de choix personnels, refuserait de porter le foulard à la sortie de l'avion, serait réaffectée sur une autre destination, donc ne serait pas dans l'obligation de faire ce vol", a déclaré le responsable des Ressources humaines sur Europe 1.

Air France va rouvrir à partir du 17 avril la liaison Paris-Téhéran, suspendue depuis 2008 à la suite de sanctions internationales contre l'Iran.

"Un pantalon, une veste ample et un foulard"

Une note interne de la direction a suscité une controverse ses derniers jours parmi le personnel. Cette note demandait aux femmes de "mettre un pantalon, une veste ample et un foulard recouvrant les cheveux à la sortie de l'avion" à Téhéran.

Les "équipages sont tenus de respecter la loi du pays dans lequel ils se trouvent", a rappelé le responsable. Le port du voile à la descente de l'avion en Iran n'est pas nouveau.

afp/sbad

Publié Modifié

Pas le choix de la destination normalement

"Le principe, à Air France comme sur toutes les compagnies, c'est que les personnels navigants ne choisissent pas leur destination. Ceci dit, là, on voit bien qu'il y a un problème particulier, une sensibilité particulière", a reconnu le responsable des RH, ajoutant avoir "été à l'écoute des ces femmes et de cette sensibilité".

Le refus du personnel féminin d'assurer les vols Paris-Téhéran n'aura pas de "conséquence sur la rémunération", a assuré un porte-parole du groupe.