Modifié

Yeonmi Park a fui la Corée du Nord, une épopée qu'elle relate dans un livre

Yeonmi Park. [Andrew Toth - Getty Images/AFP]
Une Nord-Coréenne échappée de son pays narre son histoire dans un livre / Tout un monde / 8 min. / le 18 mars 2016
A 13 ans, Yeonmi Park fuit la Corée du Nord, un pays où "vous avez peur que les oiseaux vous entendent chuchoter", avec sa mère. Devenue adulte, elle raconte son périple dans un livre intitulé "Je voulais juste vivre".

Un seau rempli de pain. C'est la seule chose dont Yeonmi Park se souvient avoir rêvé, enfant. "Je voyais des cadavres dans la rue, plein d'horreurs, mais je pensais malgré tout que notre leader était le meilleur du monde", raconte la militante nord-coréenne des droits de l'Homme, interrogée par la RTS à Paris.

Une seule fois son père demande d'éteindre la télévision lors d'un discours du leader Kim Jong-il. "Il a dit qu'il en avait assez de ces bêtises", se remémore Yeonmi Park, aujourd'hui âgée de 22 ans, au micro de Tout un monde. "Mais je n'ai jamais eu l'occasion d'en parler avec lui. Vous savez, en Corée du Nord, vous avez même peur que les oiseaux et les souris vous entendent chuchoter" explique-t-elle. Et d'ajouter: "Je n'ai jamais pensé que c'était bizarre et que c'était possible de vivre autre chose".

Aux mains de passeurs chinois

En 2007, la faim chevillée au corps, elle fuit le pays avec sa mère. Direction la Chine où les deux femmes tombent entre les mains de passeurs chinois qui les violent et les vendent. Il leur faudra attendre deux ans avant de parvenir à s'échapper vers la Mongolie et d'atteindre - finalement - la Corée du Sud.

En Corée du Sud, je me suis sentie un être humain pour la première fois

Yeonmi Park, militante nord-coréenne

"Là-bas, je me suis sentie un être humain pour la première fois et j'ai enfin pu profiter de ce monde magnifique", témoigne Yeonmi Park qui a dû s'habituer à un nouvel univers où les gens utilisaient internet, avaient l'électricité 24 heures sur 24, plein de journaux. Et où ils étaient libres.

La jeune Nord-Coréenne, elle, doit tout apprendre. Y compris à penser. "A l'époque, je croyais que Kim Jong-il pouvait lire dans mes pensées", s'exclame-t-elle.

Etudiante à New York

Aujourd'hui étudiante en économie à l'Université Columbia, de New York, Yeonmi Park a pu se libérer en partie de son fardeau en racontant son histoire dans un livre, récemment sorti en version française. Ce faisant, elle savait qu'elle risquait sa vie et celle de ses proches.

Même ici, dans le monde libre, Kim Jong-un essaie de me faire taire

Yeonmi Park, militante nord-coréenne

"Le régime nord-coréen a réalisé des vidéos dans lesquelles on voyait tous mes proches qui m’accusaient d’être une marionnette de l'Occident. Bien sûr, ils ont été forcés à parler ainsi sous peine d’être envoyés dans des camps ou executés", révèle la jeune femme qui n'a aucune information sur sa famille. Et de conclure: "Même ici, dans le monde libre, Kim Jong-un essaie de me faire taire".

Pour Yeonmi Park, parler est toutefois le seul espoir de faire changer les choses en Corée du Nord, un pays où elle rêve envers et contre tout retourner. "Parce que c'est mon pays".

Juliette Galeazzi sur la base de propos recueillis par Eric Guevara-Frey

Publié Modifié