Modifié le 15 mars 2016 à 17:11

De Deraa à Homs, cinq ans de guerre en Syrie en dix dates et dix images

Homs à la mi-février, le symbole d'un pays détruit.
Homs à la mi-février, le symbole d'un pays détruit. [AP Photo/Hassan Ammar - Keystone]
La date du 15 mars 2011, avec le début des manifestations contre Bachar al-Assad dans la foulée des Printemps arabes, est généralement retenue comme le début de la guerre civile qui ravage la Syrie depuis 5 ans.

15 mars 2011

Début de manifestations sans précédent dans le pays, gouverné d'une main de fer depuis 40 ans par le régime Assad (Hafez al-Assad puis son fils Bachar). De petites manifestations sont violemment dispersées à Damas mais c'est surtout à Deraa (sud) que le mouvement prend de l'ampleur, après l'arrestation et la torture d'adolescents soupçonnés d'avoir écrit des slogans antirégime sur les murs. Washington, Paris et Londres condamnent la "violente répression des manifestants" et la rébellion enfle peu à peu.

17 juillet 2012

L'Armée syrienne libre (ASL), la principale composante de la rébellion regroupant des civils ayant pris les armes encadrés par des déserteurs, lance la bataille de Damas, mais le régime contrôle fermement la capitale et la défend. Trois jours plus tard, les rebelles lancent la bataille d'Alep (nord), divisée depuis entre zones contrôlées par les rebelles et celles du régime.

30 avril 2013

Le chef du Hezbollah chiite libanais Hassan Nasrallah reconnaît l'engagement de ses combattants au côté du régime. Assad appartient à la communauté alaouite (10% de la population), issue du chiisme, alors que la majorité de la population est sunnite.

21 août 2013

Attaque dans deux zones contrôlées par les rebelles près de Damas. Le régime est accusé d'avoir utilisé du gaz sarin (1400 morts, selon Washington). En septembre, un accord russo-américain sur le démantèlement de l'arsenal chimique syrien écarte in extremis la menace de frappes américaines.

14 janvier 2014

Les djihadistes de l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL) conquièrent la ville de Raqa (nord) après des combats contre des rebelles rivaux. Raqa, premier chef-lieu de province à échapper totalement au contrôle du régime, devient son fief. Fin juin, l'EIIL se fait appeler "Etat islamique" (EI) et annonce un "califat" dans les régions conquises en Syrie et en Irak voisin.

9 mai 2014

La vieille-ville de Homs (centre), surnommée par les opposants "capitale de la révolution", tombe aux mains de l'armée après un siège de deux ans et des combats féroces. Les rebelles évacueront leur dernier quartier de Homs fin 2015.  

26 janvier 2015

L'EI est chassé de Kobané, frontalière de la Turquie, après plus de quatre mois de violents combats menés par les forces kurdes avec le soutien des frappes de la coalition antijihadistes menée par les Etats-Unis. Les Kurdes représentent 15% de la population syrienne.

28 mars 2015

Une coalition composée de djihadistes, notamment d'Al-Nosra, et d'autres groupes islamistes sunnites, s'empare d'Idleb (nord-ouest). En mai, Assad reconnaît que ses troupes ont subi des revers, puis en juillet qu'il y a "un manque de ressources humaines" dans l'armée.

30 septembre 2015

Après le début en septembre 2014 des raids contre l'EI de la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis, la Russie, alliée du régime, entame une campagne aérienne contre les groupes "terroristes", dont l'EI. Mais rebelles et Occidentaux accusent Moscou de viser surtout d'autres groupes que l'EI. L'armée réussira avec l'aide russe à reprendre du terrain.

27 février 2016

Initié par Russes et Américains, un accord de cessation des hostilités sans précédent entre en vigueur entre régime et rebelles et favorise la relance de discussions intersyriennes. Il ne concerne ni l'EI ni Al-Nosra qui contrôlent plus de 50% du territoire.

>> Voir aussi la carte de l'embrasement du monde: De l'étincelle tunisienne à la crise des migrants, la carte de l'embrasement du monde arabe

>> Les destructions en Syrie en dix images marquantes:

>> Voir aussi la déclaration d'Angelina Jolie, ambassadrice du Haut commissariat aux réfugiés:

Angelina Jolie au Liban: "C'est ici que je voulais être en ce jour du 5ème anniversaire du début du conflit syrien."
L'actu en vidéo - Publié le 15 mars 2016

afp/boi

Publié le 15 mars 2016 à 12:26 - Modifié le 15 mars 2016 à 17:11