Modifié

L'ancien président brésilien Lula mis en examen pour blanchiment d'argent

L'ancien Président Lula.  [STR - AFP]
L'ancien Président Lula. [STR - AFP]
L'ancien président brésilien Luiz Inácio Lula da Silva a été mis en examen mercredi dans le cadre d'une enquête pour blanchiment d'argent, a fait savoir mercredi le procureur de São Paulo.

Le procureur n'a toutefois pas précisé les faits qui lui sont reprochés. Selon les principaux médias brésiliens, le Parquet de São Paulo demande à la justice de poursuivre l'ancien président pour "occultation de patrimoine, blanchiment d'argent" à propos d'un luxueux appartement à Guarujá, dont Lula nie être le propriétaire.

La dénonciation du Parquet de São Paulo a été transmise à un tribunal local qui devra décider s'il donne suite ou non aux réquisitions du procureur contre l'icône de la gauche brésilienne.

Trucage systématique

L'ancien président (2003-2011) a déjà été interrogé sur cet appartement vendredi après sa brève interpellation dans le cadre de l'enquête distincte autour du scandale de corruption du groupe Petrobras.

Lancée en 2014, l'enquête a mis au jour un système de trucage systématique des marchés passés entre le groupe pétrolier d'Etat et 16 entreprises, donnant lieu à des commissions de 1 à 3% sur chaque contrat, dont une partie était reversée à des élus de la coalition gouvernementale.

>> Ecouter aussi: Affaire Lula, la chute d'une icône pour le Brésil

L'ancien président brésilien Luiz Inácio Lula da Silva. [Adriano Machado - Reuters]Adriano Machado - Reuters
Affaire Lula : la chute d'une icône pour le Brésil? / Forum / 6 min. / le 10 mars 2016

agences/fb

Publié Modifié

Faveurs d'entreprises

Les procureurs qui enquêtent sur le scandale Petrobras avaient assuré vendredi avoir recueilli des indices selon lesquels Lula et son institut auraient reçu de nombreuses faveurs d'entreprises de construction impliquées dans les détournements de fonds au sein de Petrobras.

Lula avait réagi avec force vendredi à son interpellation par les enquêteurs du dossier Petrobras en appelant ses partisans à descendre dans les rues pour défendre le Parti des travailleurs (PT, gauche) au pouvoir.

Les partisans de l'ancien président dénoncent un complot de "l'élite" et des grands médias brésiliens pour empêcher sa probable candidature à l'élection présidentielle de 2018.