Modifié le 09 février 2016 à 08:19

Les rebelles syriens sont attaqués sur plusieurs fronts dans le nord du pays

La ville d'Alep n'est plus qu'une vaste ruine désolée après les offensives répétées.
La ville d'Alep n'est plus qu'une vaste ruine désolée après les offensives répétées. [Abdalrhman Ismail - Reuters]
L'armée syrienne poursuit lundi sa progression vers la frontière turque avec le soutien de la Russie et de l'Iran, tandis que les forces kurdes se sont emparées de trois villes aux mains des rebelles.

Les rebelles de la province syrienne d'Alep, dans le nord de la Syrie, se sont retirés de trois localités menacées par les frappes russes, a indiqué lundi l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Les Unités de protection du peuple kurde (YPG), principale force kurde en Syrie, se sont emparées dimanche soir de ces localités, quelques jours après avoir pris le contrôle de trois autres bourgs.

Un tournant dans la guerre?

De son côté, l'armée régulière, appuyée par les frappes russes, continuait à avancer vers la ville rebelle de Tall Rifaat, située à 20 km de la Turquie.

Les insurgés se retrouvent désormais pris en tenaille dans la partie nord de la province à la fois par les Kurdes, le régime de Damas mais également par le groupe Etat islamique (EI).

La bataille d'Alep pourrait représenter un tournant dans la guerre syrienne car une perte totale de la deuxième ville du pays, divisée en deux depuis 2012, affaiblirait fortement les rebelles, en difficulté sur d'autres fronts.

ats/vkiss

Publié le 08 février 2016 à 13:25 - Modifié le 09 février 2016 à 08:19