Modifié

La Corée du Nord procède au tir d'une fusée à longue portée

Kim Jong-un n'a tenu aucun compte des résolutions de l'Onu quand il a décidé d'envoyer une fusée à longue portée. [Rodong Sinmun  - Keystone]
Kim Jong-un n'a tenu aucun compte des résolutions de l'Onu quand il a décidé d'envoyer une fusée à longue portée. [Rodong Sinmun - Keystone]
La Corée du Nord a procédé dimanche au tir d'une fusée à longue portée qui transporterait selon les autorités nord-coréennes un satellite, faisant fi des condamnations de la communauté internationale.

Le gouvernement communiste de Pyongyang avait informé les instances des Nations unies qu'il prévoyait de tirer une fusée à longue portée transportant un satellite d'observation terrestre.

La communauté internationale a dénoncé ce projet, estimant qu'il s'agissait d'un test de missile à longue portée, en infraction avec les sanctions de l'ONU interdisant à la Corée du Nord l'usage de la technologie balistique.

La fusée a suivi une trajectoire en direction du sud, comme cela était prévu, passant au-dessus de l'île japonaise d'Okinawa, rapporte la chaîne de télévision nippone NHK.

Echec de la tentative

L'engin se serait ensuite séparé en cinq morceaux et serait tombé dans l'océan, ajoute la chaîne japonaise, confirmant une information de l'agence de presse sud-coréenne Yonhap qui rapportait que le lancement s'est, semble-t-il, soldé par un échec.

Le premier ministre japonais Shinzo Abe a estimé que le lancement de ce qu'il a qualifié de "missile" était "absolument inacceptable".

reuters/br/olhor

Publié Modifié

L'ONU condamne

Le Conseil de sécurité de l'ONU a "condamné fermement le lancement" d'une fusée par la Corée du Nord dimanche, dans une déclaration unanime adoptée à l'issue de consultations à huis clos.

Le Conseil s'engage à "adopter rapidement une nouvelle résolution", en chantier depuis plusieurs semaines, pour alourdir les sanctions contre Pyongyang en réponse à ce tir et au dernier essai nucléaire nord-coréen du 6 janvier.

La Chine appelle au calme

La Chine, un des seuls alliés du régime communiste isolé sur la scène internationale, a estimé par la voie de son agence officielle Chine nouvelle que cette initiative était de nature à accroître les tensions dans la péninsule coréenne.

Précisant que la région ne devait pas être nucléarisée, Chine nouvelle appelle à réagir calmement à l'initiative nord-coréenne afin d'éviter que la situation échappe à tout contrôle.