Une semaine mouvementée avec les "pyjama traders"

Rencontre avec les boursicoteurs chinois du 3ème âge.

Le début de l'année 2016 a été mouvementé sur les marchés boursiers chinois. Mardi 26 janvier 2016, les places de Shanghai et de Shenzhen ont même dégringolé, comme cela arrive fréquemment depuis le krach de cet été.

Notre correspondant en Chine Raphaël Grand suivait justement cette semaine des "pyjama traders", ces boursicoteurs du troisième âge qui jouent leur retraite en Bourse en buvant du thé vert ou en tricotant...

Immersion et ambiance dans cet univers si particulier des bourses chinoises.

Dans ce grand format, vous retrouverez au fil des jours les reportages audios de Raphaël Grand, des explications et mises en contexte sur cet univers particulier et vous rencontrerez des "pyjama traders". Vous pourrez aussi suivre en temps réel le cours des actions achetées par Raphaël Grand pour les besoins de cette immersion.

Dégringolade et panique

Pyjama trader, une occupation à haut risque. [Kim Kyung-Hoon]Pyjama trader, une occupation à haut risque. [Kim Kyung-Hoon]

Mardi 26 janvier 2016, un vent de panique a soufflé sur les Bourses chinoises. Shanghai a perdu 6% et Shenzhen 7%.

>> A lire pour en savoir plus Chute de plus de 6% à la Bourse de Shanghai dans un climat de panique

Des milliers de petits investisseurs, souvent des retraités, se sont retrouvés piégés. Impossible pour eux de vendre leurs actions, le marché ayant déjà trop baissé depuis le krach de cet été. Leur dernier espoir, un rebond miraculeux.

Note importante: en Chine, la couleur rouge est utilisée pour les cours qui montent et la couleur verte pour les actions dont la valeur est en baisse.

Ces seniors accros à la Bourse

En Chine, jouer en bourse est un passe-temps comme les autres. Il n'est pas réservé à de jeunes traders aux dents longues. De nombreux retraités en particulier passent leur temps dans des salles de courtage, sur leur ordinateur ou leur smartphone pour suivre l'évolution de leurs investissements. On les appelle les "pyjama traders".

Il y a plus de 90 millions de comptes de courtage individuels en Chine, davantage que de membres inscrits au Parti communiste. Les mouvements individuels de ces seniors ont donc une véritable influence, car ils peuvent amplifier les sautes d'humeur des marchés.

A l'ouverture des marchés, ces retraités se précipitent dans de petites salles de courtage de quartier, pour tenter de faire fructifier leur retraite. On boit le thé, on papote ou on tricote en voyant les indices boursiers jouer au yo-yo.

>> Immersion dans cette ambiance particulière avec le premier épisode du reportage de Raphaël Grand.

Des "pyjama traders" à Shanghai, en maison de courtage, suivent ici l'évolution de leurs actions achetées avec leur retraite sur des écrans. [Raphaël Grand - RTSinfo]Raphaël Grand - RTSinfo
Tout un monde - Publié le 25 janvier 2016

En vidéo

>> Ambiance dans une bourse de quartier à Shanghai.

Salle de courtage à Shanghai. [Raphaël Grand]
L'actu en vidéo - Publié le 25 janvier 2016

Portrait de "pyjama traders"

Madame Gong, 78 ans, a presque tout perdu en quelques jours. [Raphaël Grand]Madame Gong, 78 ans, a presque tout perdu en quelques jours. [Raphaël Grand]

Madame Gong

Madame Gong a 78 ans. Aujourd’hui retraitée, elle possédait un petit commerce de vente de cigarettes et d’alcool. Elle vient à la Bourse tous les jours car, dit-elle, elle n’a rien d’autre à faire depuis qu’elle a cessé son activité. Elle investit dans toutes sortes d’entreprises: immobilier, entreprises locales, commerces… Mais récemment, le marché s’est écroulé et elle a presque tout perdu, confie-t-elle. Ce matin, elle est pourtant de bonne humeur car une nouvelle compagnie sera prochainement cotée. Et elle peut se mettre sur les rangs pour acheter des parts. Madame Gong croit aux nouvelles entreprises et espère pouvoir se refaire rapidement.

Monsieur Wu, 62 ans, a investi la majorité de ses économies en Bourse. [Raphaël Grand]Monsieur Wu, 62 ans, a investi la majorité de ses économies en Bourse. [Raphaël Grand]

Monsieur Wu

Agé de 62 ans, Monsieur Wu vient chaque jour à la Bourse de son quartier. Il vit juste à côté. Son thermos de thé à la main (il boit du thé vert), Monsieur Wu regarde défiler les courbes des actions sur les écrans. A midi, il rentre chez lui pour manger. Mais revient ensuite pour la séance de l’après-midi qui se termine à 15 heures. Monsieur Wu a investi près de 50'000 yuan (7600 francs suisses) sur les marchés. Ce qui représente 80 à 90% de ses économies. "Je ne suis pas à plaindre", dit-il. Car outre ses gains financiers, il peut compter sur une petite retraite qui permet de faire vivre sa famille. Le montant de cette retraite? 4000 yuan par mois, soit 600 francs.

>> A écouter, le deuxième épisode du reportage, avec la rencontre avec Monsieur Wu et ses amis traders.

Ces retraités chinois, surnommés "pyjama traders", suivent attentivement le cours des actions dans une maison de courtage à Shanghai. [Raphaël Grand - RTSinfo]Raphaël Grand - RTSinfo
Tout un monde - Publié le 26 janvier 2016

Un contexte particulier

Un krach cet été

Entre juin et août 2015, un vent de panique a soufflé sur les marchés chinois en raison d'une bulle financière. La Bourse de Shanghai avait en effet gonflé de 150% en douze mois, se déconnectant de l'économie réelle. La panique générale a fait perdre 30% de la valeur des titres de Shanghai en trois semaines. Soit 3200 milliards de dollars, selon une estimation de Bloomberg.

Des mesures interventionnistes

Pour faire face à ce krach, les autorités chinoises ont pris plusieurs mesures d'urgence. Elles ont notamment interdit aux détenteurs de plus de 5% des actions d'une entreprise de vendre leurs titres. Cette mesure a été depuis un peu assouplie.

Autre intervention de l'Etat début janvier 2016, la mise en place d'un système automatique de coupe-circuit en cas d'importante variation de la Bourse. Le principe: la fermeture prématurée des marchés dès que les principaux indices perdent plus de 5%. Mais le régime chinois a fait marche arrière quelques jours plus tard, réalisant que la suspension des cours  provoquait la panique chez les investisseurs, qui ne pouvaient plus revendre leurs actions.

Des marchés toujours instables

Quoi qu'il en soit, les marchés chinois restent très affaiblis depuis le krach de cet été, malgré de légers rebonds ponctuels.

>> Mardi 26 janvier, en plein milieu de cette série de reportages, la Bourse de Shanghai a été balayée par un vent de panique.

La ruelle des boursicoteurs

Le week-end, les boursicoteurs retraités se retrouvent dans la Guangdong Road, à Shanghai. Ils sont des dizaines à se rassembler pour échanger des tuyaux sur les marchés. Les informations officielles sont rares en Chine, il faut donc ruser pour avoir un "coup d'avance".

>> A écouter, le troisième épisode de la série, sur la Guangdong Road, le rendez-vous des traders du troisième âge.

Guangdong Road, la ruelle où se retrouvent les boursicoteurs de Shanghai. [Raphaël Grand]Raphaël Grand
Tout un monde - Publié le 27 janvier 2016

En vidéo

Visite de la Guangdong Road, la ruelle des boursicoteurs à Shanghai.

Guangdong Road, la ruelle des boursicoteurs [RTS]
L'actu en vidéo - Publié le 27 janvier 2016

Le Warren Buffet des "pyjama traders"

Dans le petit univers des "pyjama traders", on l'appelle Warren Buffet, du nom de l'investisseur américain à succès. A Shanghai, ses conseils sont suivis de très près par les boursicoteurs du troisième âge.

>> A écouter, la rencontre avec le Warren Buffet des boursicoteurs seniors.

Le Warren Buffet des "pyjama traders". [Raphaël Grand]Raphaël Grand
Tout un monde - Publié le 28 janvier 2016

Le cours de nos actions

Pour les besoins du reportage, Raphaël Grand a décidé d'acheter des actions. Il avait 2000 yuan à disposition, soit environ 300 francs. Suivant les conseils des "pyjama traders" qu'il a rencontrés, il a acheté et vendu des actions durant toute la semaine.

Le porte-feuille en détail:

Mercredi 20 janvier

Achat d'un paquet d'actions Tongji Technology (SH600846), à 9,19 yuan par action.

Jeudi 21 janvier

Achat d'actions Datang Electricity (SH601991), à 4,56 yuan par action.

Achat d'actions Hainan Airline (SH600221), à 3,5 yuan par action.

Mercredi 27 janvier

Vente des actions Datang Electricity, à 3,92 yuan par action. Perte de 64 yuan.

Vente des actions Hainan Airline, à 3,02 yuan par action. Perte de 84 yuan.

Achat d'actions Shen Huo (SZ000933), à 5,63 yuan par action.

Jeudi 28 janvier

Vente des actions Shen Huo, à 5,65 yuan par action. Profit: 2 yuan.

Vente des actions Tongji Technology, à 7,92 yuan par action. Perte de 127 yuan.

Achat d'actions Zhong Tian Technology (ZTT), à 15,76 yuan par action.

Vendredi 29 janvier

Vente des actions Zhong Tian Technology, à 16,04 yuan par action. Profit: 28 yuan.

Résultat final

La vente du porte-feuille a rapporté 1729 yuan vendredi 29. Perte de 271 yuan sur la semaine de trading.

Voici l'évolution du porte-feuille depuis le jour de l'achat des actions, le 20-21 janvier.

>> Sur ce graphique on peut voir l'évolution quotidienne du cours des paquets d'actions achetées par notre correspondant ainsi que du principal indice SSE Composite, qui donne une idée de l'évolution générale du marché. Afin de les comparer, les valeurs ont été rapportées à 100 le jour de l'achat des actions.

Crédits

Reportages: Raphaël Grand et Dong Cao

Réalisation web: Cécile Rais