Des images prises sur la base de Lattaquié et sur le croiseur lance-missiles Moskva.

Reportages et photos

Publié le 18 décembre 2015 à 17:31 - Modifié le 21 janvier 2016 à 11:28

Plongée au sein des forces russes en Syrie, dans un pays en plein chaos

Depuis le 28 septembre dernier, les forces armées russes mènent des frappes en Syrie contre les rebelles opposés au président Bachar al-Assad, allié de Moscou, ainsi que contre les djihadistes du groupe Etat islamique.

Notre correspondante en Russie Isabelle Cornaz a pu se rendre sur la base aérienne russe de Lattaquié, berceau de la famille du leader syrien et de la communauté alaouite, ainsi que sur les installations navales russes de Tartous, sur la côte syrienne. Un voyage largement encadré par l'armée russe.

Entre reportages, photos, récits et témoignages, RTSinfo vous propose un aperçu de la stratégie militaire et de communication des troupes russes stationnées en Syrie, l'une des multiples forces impliquées dans le bourbier syrien.

  • La situation générale

    Une démonstration de force de la Russie

    Bruit assourdissant des avions qui décollent sans répit, portraits de Bachar al-Assad et drapeaux russes: l'envoyée spéciale de la RTS livre ses première impressions à son arrivée sur la base russe de Hmeimim, dans la région de Lattaquié, en Syrie.

    Isabelle Cornaz explique aussi les conditions entourant son voyage au sein des forces armées russes en Syrie. Elle détaille la puissance de feu engagée par Moscou, avec entre 65 et 85 sorties quotidiennes des chasseurs bombardiers et plus de 4000 raids aériens menés depuis le lancement de l'opération fin septembre.

    >> Le récit de notre envoyée spéciale sur la base de Lattaquié:

    Matériel des forces russes sur l'aéroport de Lattaquié, 26.11.2015.
    Russian Defence Ministery - AFP
    Forum - Publié le 16 décembre 2015

  • Reportage à Lattaquié

    Les Russes vantent la précision de leurs frappes en Syrie

    Alors qu'une ONG estime que les raids russes ont tué au total plus de 500 civils syriens, la Russie réfute ces allégations, vantant la précision de sa technologie sur sa base militaire de Lattaquié.

    Nos efforts sont incompris, plus nous frappons les terroristes de manière ciblée, et plus le bruit court dans les médias étrangers que nous ne sommes pas précis.

    Igor Konachenkov, major-général militaire russe

    Depuis le début de l'engagement russe en Syrie, l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), une ONG proche des rebelles syriens, a comptabilisé quelque 500 victimes civiles lors de raids "présumés russes", sans que ce chiffre ait pu être vérifié de source indépendante.

    >> Le reportage sur la base aérienne de Lattaquié:

    Un bombardier sur la base russe de Lattaquié en Syrie.
    Isabelle Cornaz - RTS
    Le Journal du matin - Publié le 17 décembre 2015

     

    >> Lire aussi: "Pas de civils tués": les Russes vantent la précision de leurs frappes en Syrie

  • En vidéo

    Le reportage d'Isabelle Cornaz

    >> Voir le reportage d'Isabelle Cornaz diffusé dans le 12h45:

    Syrie: les opérations de communication constituent pour beaucoup la puissance militaire de la Russie
    12h45 - Publié le 24 décembre 2015

  • En images

    La base aérienne de Lattaquié

  • Reportage en mer

    A bord du croiseur lance-missiles Moskva

    La Russie peut atteindre ses objectifs en Syrie même en l'absence de base militaire, a déclaré Vladimir Poutine lors de sa conférence de presse annuelle jeudi 17 décembre. Et de fait, l’armée russe anéantit déjà des positions en Syrie à distance, depuis la mer Caspienne par exemple.

    >> Lire aussi: Quand Vladimir Poutine fait son show devant la presse russe

    Notre envoyée spéciale Isabelle Cornaz a pu se rendre sur le croiseur lance-missiles Moskva, au large des côtes syriennes. Ce navire de guerre, basé d’habitude en mer Noire, est présent en Méditerranée depuis trois mois. Son rôle: défendre la base aérienne russe de Lattaquié.

    S'il faut utiliser des munitions nucléaires, nous sommes prêts. Mais actuellement, les missiles contiennent les munitions habituelles.

    Capitaine Alexander Shvarts

    En ce moment, ce croiseur n’attaque pas de positions rebelles. Mais d’autres se chargent de le faire. Comme le sous-marin russe Rostov-sur-le-Don qui a lancé des missiles de croisière Kalibr, qui sont capables de parcourir plus de 2000 km.

    >> Le reportage sur le croiseur lance-missiles Moskva:

    Le croiseur lance-missiles Moskva.
    Isabelle Cornaz - RTS
    Le Journal du matin - Publié le 21 décembre 2015

  • En images

    Le croiseur lance-missiles Moskva

  • Bilan de la visite

    L'armée russe entre transparence et mise en scène

    La Russie communique abondamment sur ses opérations militaires en Syrie depuis qu'elle les a lancées à fin septembre. L'armée publie presque tous les jours des vidéos de ses raids aériens sur son site internet. Le voyage sur place organisé pour des journalistes était une opération de communication, comme le font les forces armées d’autres pays, par exemple les Américains durant la guerre du Golfe ou celle d'Irak. Moscou tient à montrer la même ouverture et transparence.

    Ce qui est troublant, c’est qu'on ne voit que les avions partir, mais pas le résultat. Nous ne voyons pas la guerre en elle-même.

    Isabelle Cornaz

    Le voyage est forcément encadré, notamment pour des raisons de sécurité. En dehors du discours officiel, il est très difficile de savoir ce que ressentent les soldats puisque les journalistes ne sont pas autorisés à leur parler. L’armée donne un aperçu de leur quotidien, mais sous forme de mise en scène: deux soldats de dos buvant le thé dans une salle de repos avec une musique relaxante, des militaires en train de faire du sport, etc. Impossible de les approcher...

    >> Le récit de notre envoyée spéciale:

    Des militaires de la base russe de Lattaquié faisant du sport.
    Isabelle Cornaz - RTS
    Tout un monde - Publié le 21 décembre 2015

  • En images

    Le quotidien mis en scène des soldats russes à Lattaquié

  • Reportage auprès des déplacés

    Les zones gouvernementales, un refuge pour les exilés

    Depuis le début du conflit syrien il y a cinq ans, la moitié de la population a dû fuir de chez elle. Et la plupart de ces déplacés ne cherchent pas refuge à l’étranger, mais en Syrie même. Selon les Nations unies, il y a plus de 7,6 millions de personnes déplacées à l’intérieur du pays.

    Dans la ville de Lattaquié sous contrôle du gouvernement syrien, un complexe sportif a été transformé en camp pour les déplacés internes. Il accueille plus de 6000 personnes, dont de nombreuses femmes et enfants. Certains réfugiés vivent ici depuis trois voire quatre ans.

    Je garde toujours espoir de rentrer un jour chez moi. J’aimerais pouvoir retrouver une maison pour mes enfants, pour qu’ils puissent aller à l’école et recevoir une éducation.

    Un père de famille

    Une bonne partie des déplacés internes viennent se réfugier dans ces régions tenues par le régime. Parce qu'elles sont plus sûres et que l’accès à l’aide humanitaire y est plus facile. Certains des déplacés sont en faveur de Bachar al-Assad, d’autres pas, mais évitent de le dire.

    >> Le reportage dans un camp de Lattaquié:

    Le camp pour les déplacés internes syriens à Lattaquié.
    Isabelle Cornaz - RTS
    Le Journal du matin - Publié le 22 décembre 2015

  • En images

    La vie des déplacés internes, entre espoir et résignation