Modifié

Un mois après les attentats de Paris, 36 personnes sont toujours hospitalisées

Hommage des Parisiens aux victimes des attentats [RTS]
Hommage des Parisiens aux victimes des attentats / L'actu en vidéo / 1 min. / le 13 décembre 2015
Un mois après les attentats qui ont fait 130 morts à Paris, un rassemblement condamnant les djihadistes s'est tenu dimanche à Paris. Et les hommages sont toujours aussi nombreux, alors que 36 personnes demeurent hospitalisées.

Le 13 novembre dernier, 130 personnes ont perdu la vie entre 21h20 et 21h50 dans une série d'attaques, explosions et fusillades, près du Stade de France, dans la salle de concert du Bataclan et sur plusieurs terrasses de cafés et restaurants de la capitale. Plusieurs centaines de personnes ont aussi été blessées, dont 36 qui sont toujours hospitalisées, selon les services de secours.

Depuis lors, l'émotion est intense et un climat de psychose s'est installé dans tout le pays, car des fugitifs sont encore en fuite. Le président François Hollande a maintenu l'état d'urgence pour trois mois et la France multiplie les frappes en Syrie contre le groupe Etat islamique, qui a revendiqué les attaques.

#StopDaech

Un mois après, passants, touristes et riverains étaient nombreux dimanche devant la salle de spectacles du Bataclan pour rendre hommage aux victimes ou déposer des fleurs. Place de la République, emblématique de la résistance au terrorisme, plusieurs dizaines de personnes se sont encore recueillies autour de la statue centrale, mémorial improvisé aux victimes.

Au Trocadéro, sur le parvis des droits de l'Homme, 80 personnes, dont des femmes musulmanes avec des drapeaux français, ont observé une minute de silence à la mémoire des victimes.

Le rassemblement baptisé #StopDaech était destiné à "marquer le coup symboliquement", un mois après les tueries, a expliqué l'organisateur Camel Bechikh, du mouvement Fils de France.

2500 perquisitions

Depuis les attaques, 2500 perquisitions ont été menées par les forces de police et 354 assignations à domicile ont été prononcées. Neuf assaillants sont morts, plusieurs le jour même, et d'autres quatre jours plus tard lors d'un assaut contre un immeuble de Saint-Denis. L'enquête s'est élargie à toute l'Europe, notamment la Belgique, mais aussi la Suisse.

>> Lire La police renforce la sécurité autour du cortège de l'Escalade à Genève

Si le cerveau présumé Abdelahmid Abaaoud a été tué, la police recherche toujours l'un des assaillants, Salah Abdeslam. L'artificier est également introuvable et des complices présumés ont été arrêtés en nombre.

boi avec afp

Publié Modifié