Modifié

Il y a 60 ans, Rosa Parks refusait de céder sa place à un blanc dans le bus

Une photo non datée de Rosa Parks dans un bus de la ville de Montgomery. [AP Photo/Daily Advertiser/Keystone]
Une photo non datée de Rosa Parks dans un bus de la ville de Montgomery. [AP Photo/Daily Advertiser/Keystone]
Montgomery, Alabama, 1er décembre 1955: une couturière noire de 42 ans, Rosa Parks, refusait de céder sa place dans un autocar à des usagers blancs. Dans le sud ségrégationniste, ce geste a contribué à changer les esprits.

Un mot, "non", en réponse à un ordre du chauffeur du car, un vétéran de l'armée américaine qui lui demandait de laisser son siège, a fait date aux Etats-Unis.

"Certains disent que je ne me suis pas levée tout simplement parce que j'étais fatiguée", avait rappelé Rosa Parks dans une interview avant son décès en 2005. "Ce n'est pas vrai. Je n'étais pas fatiguée physiquement, ou du moins pas plus qu'après n'importe quel autre jour de travail. Mais j'étais fatiguée de céder."

Martin Luther King à la tête du mouvement

Si Rosa Parks a ensuite été arrêtée et condamnée à payer une amende de 14 dollars, ce geste a entraîné le boycott, pendant un an, des autobus de la ville par les Noirs. Et c'est un jeune pasteur de 27 ans, Martin Luther King, qui a pris la tête de la grogne dans tout le pays.

Le mouvement a débouché sur la condamnation par la Cour suprême des Etats-Unis de la ségrégation dans les autobus en novembre 1956.

Victime de menaces, Rosa Parks a elle dû quitter l'Alabama pour le Michigan, où elle a travaillé jusqu'en 1988.

boi

Publié Modifié