Modifié

Incohérences turques et russes sur l'avion abattu à la frontière syrienne

Les versions de Moscou et Ankara s'opposent diamétralement sur le parcours emprunté par le chasseur-bombardier russe abattu mardi. Des incohérences émergent dans les discours des deux parties.

Quel parcours a réellement effectué le SU-24 russe abattu mardi par un F-16 turc près de Lattaquié en Syrie?

La Turquie soutient que l'avion a fait une brève incursion sur le territoire turc (trajet bleu ci-dessous). De son côté, la Russie affirme que le SU-24 n'a pas quitté l'espace aérien syrien (trajet rouge ci-dessous).

"Les versions turques et russes contiennent des incohérences", souligne Daniel Fuhrer, historien militaire. Ce dernier avertit que "les deux parties peuvent manipuler les images radar".

Les deux versions officielles schématisées sur notre carte:

Ce que dit Ankara

Dans son courrier au Conseil de sécurité de l'ONU, la Turquie écrit avoir averti 10 fois durant 5 minutes deux SU-24 qui approchaient son espace aérien. Malgré ces avertissements, les avions auraient violé l'espace aérien turc durant 17 secondes, sur une distance de 1,85 km et une profondeur de 2,18 km, à une altitude de 6000 mètres.

Le tir visant le deuxième avion aurait eu lieu pendant qu'il se trouvait dans l'espace aérien turc. L'appareil s'est écrasé du côté syrien de la frontière.

Incohérence: 17 secondes, vraiment?

Si le SU-24 a bien parcouru 1,85 km en territoire turc pendant 17 secondes, cela implique qu'il volait à une vitesse de 391 km/h. Une allure extrêmement faible pour ce type d'appareil dont la vitesse de croisière est de 980 km/h.

"Les données turques ne correspondent pas aux images radar", confirme Daniel Fuhrer. "Je pense que l'appareil russe a passé un temps beaucoup plus faible au-dessus du territoire turc, bien que techniquement ce type d'avion peut voler à 250 km/h".

L'avion pris pour cible en Turquie?

La Turquie affirme avoir tiré alors que l'avion volait dans son espace aérien. Selon les images fournies par Ankara, le Sukhoï a parcouru au moins 6 à 7 kilomètres en Syrie avant d'être touché.

A sa vitesse maximum, il faudrait 17 secondes au SU-24 pour parcourir une distance de 6,5 km. Durant ce laps de temps, le missile de F-16 le plus lent peut parcourir 15 km. Or, toujours selon les images radar turques, le F-16 semble se trouver dans un rayon plus petit.

(La vitesse maximale d'un SU-24 est de 1300 km/h. Rappelons toutefois que, dans l'hypothèse turque, le Sukhoï survolait la Turquie aux alentours de 390 km/h. La vitesse du missile air-air de F-16 le plus lent est de 3300km/h).

Ce que dit Moscou

De son côté, la Russie répond que l'avion n'a jamais franchi la frontière turque. Selon un schéma diffusé par l'armée russe, le SU-24 serait passé à 1 kilomètre au sud de la Turquie.

Alors qu'il longeait la frontière, toujours du côté syrien, l'appareil aurait été touché par le F-16 turc. Il s'est écrasé en Syrie, à une distance de 4 kilomètres de la Turquie, selon Moscou.

Incohérence: à 1 kilomètre de la frontière, vraiment?

Lors d'un briefing vidéo relayé par des médias russes, le ministère russe de la Défense a diffusé une carte avec un plan de vol schématique. Il y souligne que le chasseur-bombardier est passé au plus près à 1 kilomètre de la frontière turque.

Pourtant, dans la deuxième partie de la présentation montrant des images radar, le point rouge représentant le deuxième Sukhoï passe sur la ligne traçant la frontière syrienne.

L'approche de la frontière est également largement différente entre le schéma et les images radar, comme le montre ce montage qui superpose les deux images.

Plus étonnant, le tracé de l'avion sur les images radar (en rouge) s'arrête quand le SU-24 semble atteindre la frontière. La vidéo ne dévoile pas la dernière partie du vol, où, selon le premier schéma, l'appareil évite le territoire turc.

Valentin Tombez

Publié Modifié