Publié

La mortalité maternelle a été divisée par deux en 25 ans, selon l'OMS

Une jeune Indienne et son bébé, né quelques heures auparavant, dans un centre de soin communautaire. [Vivek Prakash - Reuters]
Une jeune Indienne et son bébé, né quelques heures auparavant, dans un centre de soin communautaire. [Vivek Prakash - Reuters]
La mortalité maternelle dans le monde a presque été divisée par deux en un quart de siècle mais seulement 9 pays ont atteint les objectifs fixés par les Nations unies, selon des chiffres publiés jeudi.

"Le rapport montre qu'à la fin de 2015 la mortalité maternelle globale aura chuté de 44% par rapport au niveau de 1990", a déclaré le Dr Lale Say, coordinatrice du département Santé génésique et recherche à l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

"C'est un énorme progrès mais les progrès sont inégaux" de par le monde, avec 99% des décès enregistrés dans les pays en développement, a-t-elle ajouté.

Des "progrès significatifs" pour 39 pays

Seuls neuf pays (le Bhoutan, Cap-Vert, Cambodge, Iran, Laos, Maldives, Mongolie, Rwanda et Timor oriental) sont parvenus à l'objectif fixé par l'ONU. Trente-neuf autres pays ont enregistré des "progrès significatifs", a souligné le Dr Lale Say.

L'Asie de l'Est a enregistré les plus fortes avancées, avec une réduction de 72% de la mortalité maternelle entre 1990 et 2015. L'Afrique subsaharienne reste la région la plus touchée, avec 66% des cas (deux décès sur trois).

afp/tmun

Publié

Un des huit objectifs du Millénaire pour le développement

Améliorer la santé maternelle était l'un des huit objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) adoptés par la communauté internationale en 2000. Dans le cadre du cinquième objectif, les pays s'étaient engagés à réduire de trois quarts la mortalité maternelle entre 1990 et 2015.

Le ratio global de mortalité maternelle est actuellement de 216 pour 100'000 naissances, contre 385 pour 100'000 naissances en 1990. Les complications au cours de la grossesse ou de l'accouchement sont la principale cause de décès chez les adolescentes dans la plupart des pays en développement.