Modifié le 15 octobre 2015 à 17:12

Volkswagen va rappeler 8,5 millions de véhicules en Europe

Volkswagen a aussi été sommé de rappeler 2,4 millions de véhicules en Allemagne.
Volkswagen a aussi été sommé de rappeler 2,4 millions de véhicules en Allemagne. [JULIAN STRATENSCHULTE/dpa - ]
Le géant automobile allemand Volkswagen a indiqué jeudi qu'il allait rappeler 8,5 millions de véhicules dans l'Union européenne équipés d'un moteur manipulé, et ce à partir de janvier 2016.

Jusqu'ici Volkswagen avait évoqué le chiffre de 8 millions de véhicules concernés en Europe, sur 11 millions dans le monde équipés d'un logiciel permettant au moteur de fausser les résultats de tests antipollution.

L'annonce du groupe dans un communiqué fait suite à l'injonction faite jeudi au groupe par les autorités allemandes de rappeler les voitures concernées en Allemagne (2,4 millions).

Fermeté de l'autorité de surveillance allemande

L'autorité de surveillance automobile allemande KBA a forcé jeudi la décision de Volkswagen. "Nous ordonnons le rappel", a déclaré un porte-parole de la KBA en confirmant une information du journal Bild.

Selon le quotidien, Volkswagen avait d'abord proposé que les propriétaires de voitures diesels équipées du logiciel frauduleux puissent ramener leur véhicule en atelier s'ils le souhaitent, mais la KBA a rejeté cette solution basée sur le volontariat.

Lire: Une trentaine de cadres du groupe VW seraient impliqués dans la fraude et Plusieurs sites de Volkswagen perquisitionnés en Allemagne

reuters/afp/pym/olhor

Publié le 15 octobre 2015 à 09:15 - Modifié le 15 octobre 2015 à 17:12

Procédure de test des émissions plus strictes réclamée

La ministre allemande de l'Environnement Barbara Hendricks réclame une réglementation et une procédure de test des émissions plus strictes.
Les plafonds d'émissions polluantes doivent être "à l'avenir si rigoureux que le diesel en deviendra vraiment plus propre", écrit la ministre.

Elle réclame des tests à l'échelle européenne et effectués dans des conditions réelles, dont le coût devrait être assumé par les constructeurs.