Modifié

Les frappes russes doivent éviter la destruction de la Syrie, selon Assad

Des avions russes de type SU-24 notamment ont continué à bombarder des cibles en Syrie dimanche. [Dmitriy Vinogradov/RIA Novosti - AFP]
Des avions russes de type SU-24 notamment ont continué à bombarder des cibles en Syrie dimanche. [Dmitriy Vinogradov/RIA Novosti - AFP]
Le président syrien Bachar al-Assad a mis en garde dimanche contre la destruction de la région du Moyen-Orient en cas d'échec de la coalition de la Russie et de ses alliés, alors que Moscou a annoncé de nouvelles frappes.

Le "complot" des dirigeants occidentaux contre la Syrie a échoué grâce à l'intervention militaire russe en soutien de Damas, a déclaré dimanche Bachar al Assad à la télévision iranienne.

Le dirigeant syrien qualifie de "contre-productives" les frappes aériennes de la coalition formée par les Etats-Unis pour lutter contre le groupe djihadiste Etat islamique.

A contrario, l'alliance constituée par la Syrie, la Russie, l'Iran et l'Irak pour lutter contre le "terrorisme" va produire des résultats concrets, assure le président syrien, qui ajoute que dans le cas contraire, la Syrie et "l'ensemble de la région" seront détruites.

Dix cibles atteintes

Ces déclarations surviennent alors que la Russie a annoncé avoir mené ces dernières 24 heures de nouvelles frappes sur 10 cibles de l'EI en Syrie.

Le ministère a précisé que les avions russes ont à nouveau lâché de puissantes bombes pénétrantes, qui auraient "détruits 4 postes de commandement" de l'EI.

agences/sbad

Publié Modifié

Angela Merkel veut discuter avec Bachar al-Assad

Trouver une solution au conflit qui ravage la Syrie nécessitera "des efforts militaires" aux côtés d'un processus politique avec la participation du président syrien Bachar al-Assad, a déclaré dimanche la chancelière Angela Merkel sur les ondes d'une radio allemande.

"Sur la Syrie, j'ai dit la chose suivante: nous avons besoin d'efforts militaires, mais les efforts militaires n'apporteront pas la solution, nous avons besoin d'un processus politique. Celui-ci n'a pas vraiment encore été lancé", a-t-elle ajouté.

"La Russie et les Etats-Unis peuvent jouer un rôle important, mais l'Arabie Saoudite et l'Iran tout autant, et aussi l'Allemagne, la France, le Royaume-Uni", a poursuivi la chancelière.

S'assoir à une table avec Assad "ne veut pas dire qu'on n'est pas conscient des horreurs qui se passent".

Raids américains

Les Etats-Unis et ses alliés ont conduit 16 raids aériens contre le groupe Etat islamique en Syrie et en Irak dimanche, ont annoncé les autorités militaires américaines.

Trois de ces frappes ont visé la ville de Hasaka en Syrie, et dix positions de l'EI près des villes de Kirkuk, Falluja et Ramadi en Irak ont été touchées.