Modifié

Nouveaux raids russes en Syrie malgré les protestations occidentales

Les frappes russes en Syrie sont critiquées [RTS]
Les frappes russes en Syrie sont critiquées par les pays occidentaux / 12h45 / 2 min. / le 3 octobre 2015
La Russie a lancé de nouveaux raids dans la nuit de vendredi à samedi sur des positions du groupe Etat islamique près de Raqa, dans le nord-est de la Syrie. Ceux-ci auraient tué 39 civils, selon une ONG.

Des frappes russes ont détruit un poste de commandement du groupe Etat islamique près de Raqqa, fief de l'organisation djihadiste dans le nord-est de la Syrie, ainsi qu'un bunker souterrain, a annoncé samedi le ministère russe de la Défense.

L'armée de l'air russe a conduit plus de 60 frappes au cours des trois derniers jours et ces opérations ont semé la "panique" chez l'EI, en forçant 600 de ses membres à abandonner leurs positions, a affirmé un membre de l'état-major russe. "Nous n'allons pas seulement poursuivre les frappes, nous allons aussi augmenter leur intensité", a-t-il aussi indiqué.

39 civils tués

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), ces raids auraient tué au moins 39 civils, dont huit enfants et huit femmes

L'organisation ajoute que ces opérations ont aussi provoqué la mort de 14 combattants, dont 12 djihadistes de l'Etat islamique près de la ville de Raqqa et deux membres du Front al Nosra lié à Al Qaïda.

Jeudi, l'aviation russe avait pour la première fois visé cette région au lendemain du début de ses frappes en Syrie.

Présence de l'EI pas toujours claire

Cette semaine, des frappes russes ont visé un "hôpital de campagne" dans la localité Latamné, dans la province centrale de Hama. "Des médecins ont été blessés", selon le directeur de l'OSDH Rami Abdel Rahmane.

Il a précisé que l'EI n'avait pas de présence dans cette zone, où est basé un groupe soutenu par Washington et des pays arabes, Jaich al-Ezza, qui lutte contre les troupes syriennes.

Mises en garde d'Erdogan et Obama

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a appelé samedi son homologue russe Vladimir Poutine à reconsidérer les frappes menées par son aviation en Syrie, accusant les militaires russes de faire l'impasse sur les dizaines de civils tués dans ses raids.

Peu avant, Barack Obama avait mis en garde le président russe contre une stratégie consistant à prendre pour cible à la fois les djihadistes de l'EI et l'opposition modérée à Bachar al-Assad. Les frappes aériennes de Moscou contre l'opposition modérée "vont être contre-productives", a-t-il martelé.

Le président américain fait ainsi écho aux propos de son homologue français François Hollande qui a rencontré le président russe vendredi à Paris aux côtés de la chancelière allemande Angela Merkel.

>> Lire: Paris et Berlin demandent à Moscou de ne viser que le groupe EI en Syrie

agences/sbad

Publié Modifié

"Seules 5% des frappes visent l'EI", selon les renseignements britanniques

D'après le ministre britannique de la Défense, Michael Fallon, les services de renseignement britanniques ont observé que seules 5% des frappes russes avaient visé les combattants de l'EI, et que la majorité des raids avaient en fait "tué des civils" et s'en étaient pris à l'opposition modérée. Il a estimé que l'intervention russe avait davantage "compliqué" la situation.

Les Russes ne prétendent pas frapper exclusivement l'EI, mais assurent qu'un certain nombre de leurs bombardements ont touché les positions djihadistes.