Modifié le 30 septembre 2015 à 14:33

Un islamiste devant la justice pour des destructions à Tombouctou

Les ruines du mausolée Alfa Moya, détruit par les islamistes radicaux en juillet 2012, à Tombouctou.
Les ruines du mausolée Alfa Moya, détruit par les islamistes radicaux en juillet 2012, à Tombouctou. [ERIC FEFERBERG - AFP]
Un chef touareg d'un groupe islamiste malien lié à Al-Qaïda a comparu mercredi devant la Cour pénale internationale (CPI). Il est soupçonné d'avoir dirigé la destruction de mausolées à Tombouctou en 2012.

Il s'agit du premier djihadiste devant la CPI, le premier suspect arrêté dans l'enquête de la Cour sur le Mali et le premier poursuivi par la CPI pour destructions d'édifices religieux et monuments historiques.

Sa comparution dite "initiale", expédiée en une trentaine de minutes, fait suite à son transfèrement dans la nuit de vendredi à samedi au centre de détention de la CPI, à La Haye. Il était précédemment détenu au Niger.

Solidité du dossier à évaluer

Le juge a finalement fixé au 18 janvier 2016 le début de l'audience de confirmation des charges. Durant cette étape de la procédure, la procureure doit convaincre les juges que son dossier est assez solide pour mener à un procès.

Selon l'accusation, le suspect était un des chefs d'Ansar Dine, un groupe islamiste radical associé à Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI). En tant que tel, il aurait dirigé la destruction de dix édifices religieux dans la vieille ville de Tombouctou.

ats/dk

Publié le 30 septembre 2015 à 14:15 - Modifié le 30 septembre 2015 à 14:33

Tombouctou, ville historique inscrite à l'Unesco

Fondée entre le XIe et le XIIe siècles par des tribus touareg, Tombouctou a été un grand centre intellectuel de l'islam et une ancienne cité marchande prospère des caravanes.

La ville est inscrite au patrimoine mondial de l'humanité. Suite aux destructions, l'Unesco a lancé en 2014 un vaste programme de reconstruction de Tombouctou et notamment de ses mausolées.