Le président Obama s'exprime à la tribune lors de la 70e session de l'Assemblée générale de l'ONU à New York. [Timothy A. Clark - AFP Photo]
Publié Modifié

Une rencontre "très utile et sincère", selon Vladimir Poutine

Les prises de parole des dirigeants mondiaux se sont succédé lundi à la tribune de l'Assemblée générale annuelle des Nations unies à New York. La plupart des interventions ont porté sur la situation en Syrie et l'éventuelle mise en place d'une large coalition pour lutter contre les djihadistes.

Le président russe Vladimir Poutine s'est entretenu avec ses homologues américain Barack Obama, iranien Hassan Rohani et cubain Raul Castro.

François Hollande, Xi Jinping ou Simonetta Sommaruga ont notamment pris la parole à l'occasion de la 70e session de l'Assemblée générale.

1h45

Fin du suivi en direct

Merci de nous avoir suivis en direct pour cette journée de l'Assemblée annuelle de l'ONU consacrée en grande partie à la Syrie.

>> Lire aussi: Le sort d'Assad en Syrie continue d'opposer Washington et Moscou

1h30

Une rencontre "très utile" avec Obama

Au sortir de sa rencontre de 95 minutes avec Barack Obama, Vladimir Poutine a déclaré que l'entrevue avait été "très utile et sincère", même si les relations entre les deux pays sont à un faible niveau.

Le président russe a aussi indiqué qu'il n'avait pas été question de l'envoi de troupes russes au sol en Syrie, mais que des frappes russes ne pouvaient être exclues

0h15

De nombreuses rencontres bilatérales ont eu lieu

Le président français François Hollande a notamment rencontré le Premier ministre indien Narendra Modi.

Pour sa part, le Premier ministre britannique David Cameron a pu discuter avec des délégations venant des Caraïbes.

Le vice-président de la Commission européenne Frans Timmermans a tenu une réunion avec la sous-secrétaire d'Etat américaine Catherine Novelli.

23h30

Début de la rencontre Obama-Poutine

Barack Obama et Vladimir Poutine se sont retrouvés lundi au siège de l'ONU à New York, pour évoquer la crise syrienne et la lutte contre le groupe Etat islamique.

Cette première rencontre officielle entre les deux dirigeants depuis plus de deux ans a débuté peu après 17h00 (23h00 en Suisse).

Les deux hommes ont échangé une brève poignée de main et n'ont pas dit un mot devant les journalistes présents pendant quelques secondes au début de leur rencontre.

22h45

Un toast glacial entre Poutine et Obama

Barack Obama et Vladimir Poutine ont trinqué ensemble lundi lors d'une brève cérémonie à l'ONU. Mais le coeur n'y était pas.

Lors d'un bref discours au cours d'un déjeuner organisé par le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon, le président américain a porté un toast "à toutes les nations, aux Nations unies (...) et à la quête de la paix".

Après avoir trinqué avec plusieurs dirigeants assis à sa table, il a tendu son verre vers son homologue russe, le visage soudain fermé. Le chef du Kremlin semblait afficher, lui, un très léger sourire.

"Nous faisons face à des défis extraordinaires aujourd'hui, des défis qui sont un véritable test pour notre capacité à travailler ensemble", avait souligné Barack Obama quelques minutes plus tôt devant les chefs d'Etat et de gouvernement rassemblés à l'initiative de Ban Ki-moon.

22h45

"Il faut laisser une chance à la démocratie"

"Il faut une solution politique et pour cela il faut que les principaux acteurs se parlent", a assuré lundi à la RTS Didier Burkhalter. Il assure que la démocratie "peut prendre le dessus", comme le prouve l'accord sur le nucléaire iranien, selon lui.


Le conseiller fédéral en charge des Affaires étrangères juge que la Suisse a un rôle dans la résolution du conflit syrien et entend "le jouer pleinement" en mettant notamment à disposition des médiateurs ainsi que la Genève internationale.

Didier Burkhalter veut laisser une chance à la diplomatie [RTS]
Didier Burkhalter veut laisser une chance à la diplomatie / L'actu en vidéo / 2 min. / le 28 septembre 2015

22h30

Apporter une réponse commune à la crise migratoire

La présidente de la Confédération Simonetta Sommaruga a plaidé pour une réponse solidaire au problème de la crise migratoire.

"On ne peut pas demander à la Turquie, à la Jordanie et au Liban d'accueillir tous les réfugiés qui fuient la guerre civile en Syrie." Ces Etats ont accompli une part considérable du travail, qui n'a d'ailleurs peut-être pas été suffisamment reconnu.

"C'est pourquoi, je le répète, les crises liées aux réfugiés" ne peuvent être résolues qu'en commun. Ceci vaut pour l'Europe aussi, où la tâche ne peut être confiée à quelques Etats uniquement. "Nous serons tous jugés sur la façon dont nous aurons relevé ce terrible défi humanitaire".

22h15

Rencontre des présidents Rohani et Poutine

Le Russe Vladimir Poutine et l'Iranien Hassan Rohani ont affiché lundi leur très forte unité, après avoir tous deux plaidé pour une lutte internationale élargie contre l'Etat islamique en Syrie.

Le président russe a rencontré devant des journalistes son homologue iranien et lui a dit que les relations entre Moscou et Téhéran "se développaient de manière très active".

"Nous sommes satisfaits de notre coopération, notamment sur la scène internationale dans le combat contre le terrorisme", s'est félicité Vladimir Poutine auprès de Hassan Rohani.

De fait, a renchéri le dirigeant iranien, "les relations entre l'Iran et la Russie se sont développées de manière positive et leur tempo a augmenté ces deux dernières années". Il a loué en particulier l'accord historique sur le nucléaire iranien conclu le 14 juillet entre Téhéran et les grandes puissances (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Royaume-Uni et Allemagne).

22h15

Jusqu'à 30'000 Casques bleus supplémentaires

Les pays membres de l'ONU ont promis de fournir à l'organisation 30'000 Casques bleus supplémentaires, a annoncé Barack Obama à l'ouverture d'un sommet consacré aux opérations de maintien de la paix.

Ces nouvelles contributions viennent de "plus de 50 pays, du Bangladesh à la Finlande en passant par la Colombie et la Chine", a-t-il précisé. Au total, ce sont "plus de 30'000 nouveaux soldats et policiers". S'ajouteront aux troupes des unités médicales et des équipements indispensables comme des hélicoptères.

Les 16 opérations de maintien de la paix de l'ONU dans le monde comprennent environ 125'000 soldats, policiers et civils venus de plus de 120 pays.

22h00

Le point sur la stratégie de Poutine à New York

Le président russe propose une large coalition contre le groupe Etat islamique

Vladimir Poutine propose une large coalition contre le groupe Etat islamique en Syrie [RTS]
Vladimir Poutine propose une large coalition contre le groupe Etat islamique en Syrie / 19h30 / 1 min. / le 28 septembre 2015

Le point avec Pierre Gobet à New York

Syrie: le point avec Pierre Gobet à New York [RTS]
Syrie: le point avec Pierre Gobet à New York / 19h30 / 1 min. / le 28 septembre 2015

Vladimir Poutine veut renouer avec les pays occidentaux

Syrie: Vladimir Poutine souhaite renouer avec les pays occidentaux et rompre ainsi son isolement [RTS]
Syrie: Vladimir Poutine souhaite renouer avec les pays occidentaux et rompre ainsi son isolement / 19h30 / 1 min. / le 28 septembre 2015

20h15

François Hollande annonce un usage restreint de son droit de veto

"La France veut que les membres permanents du Conseil de sécurité ne puissent plus recourir au droit de veto en cas d'atrocités de masse. Comment admettre que l'ONU, encore aujourd'hui, puisse être paralysée lorsque le pire se produit?", s'est interrogé le président français, en référence au conflit syrien.

Je m'engage ici à ce que la France n'utilise jamais son droit de veto lorsqu'il y a des atrocités de masse

François Hollande, président français

"Nous devons agir, nous pouvons agir. Nous l'avons montré depuis 70 ans. Nous pouvons agir pour régler les drames d'aujourd'hui et sauver la planète demain. Agissons", a-t-il conclu.

19h15

Un "front uni" contre l'extrémisme

Le président iranien Hassan Rohani a lui affirmé que son pays était "prêt à aider à établir la démocratie en Syrie et au Yémen".

"Je voudrais inviter le monde entier, et particulièrement les pays de ma région, à constituer un front uni contre l'extrémisme et la violence", a lancé Hassan Rohani, en dénonçant l'"échec de la communauté internationale" face aux conflits en Irak, en Syrie et au Yémen.

Nous soutenons la consolidation du pouvoir par le vote plutôt que par les armes

Hassan Rohani, président de l'Iran

"Nous soutenons la consolidation du pouvoir par le vote plutôt que par les armes", a ajouté Hassan Rohani, dont le pays est un allié du régime syrien et soutient les rebelles chiites au Yémen.

19h00

Pour François Hollande, pas de solution politique avec Assad

Le président français François Hollande a estimé qu'une transition politique en Syrie passait par le départ de Bachar al-Assad, jugeant que "nul ne peut imaginer une solution politique" avec le président syrien.

"La Russie et l'Iran ont dit qu'ils voulaient être associés à la solution (...). C'est avec ces pays qu'il faut donc travailler pour leur dire que la solution à la transition, doit passer sans Bachar al-Assad".

François Hollande a dénoncé "l'illusion" du président syrien, voulant "faire croire que si on est contre Daech (acronyme arabe du groupe jihadiste Etat islamique, ndlr), on est pour Bachar al-Assad. Non!", a déclaré le président français.

18h30

Poutine demande une "large coalition" contre les djihadistes

Le président russe Vladimir Poutine a demandé la création d'une "large coalition anti-terroriste" pour lutter contre les djihadistes en Syrie et en Irak.

Cette coalition serait "semblable à celle contre Hitler" au cours de la Seconde guerre mondiale et les pays arabes "y joueraient un rôle clé", a-t-il ajouté à la tribune de l'Assemblée générale des Nations unies.

"Ce serait une énorme erreur de ne pas coopérer avec ceux qui combattent frontalement le terrorisme, et nous devons reconnaître que personne d'autre que les forces armées du président Assad combattent réellement l'Etat islamique et d'autres organisations terroristes en Syrie", a déclaré le président russe, lors de sa première intervention devant l'Assemblée générale des Nations unies depuis 10 ans.

18h30

Obama pourra-t-il éviter la collaboration avec Bachar al-Assad?

L'ONU statue sur la Syrie, l'analyse de Philippe Revaz

L'assemblée générale de l'ONU. [AP Photo/Richard Drew - key]AP Photo/Richard Drew - key
L'ONU se rassemble à New York pour statuer sur la Syrie / Forum / 2 min. / le 28 septembre 2015

Obama pourra-t-il éviter la collaboration avec Bachar al-Assad?

Les interviews d'Arnaud Dubien, directeur de l'Observatoire franco-russe, liée à la Chambre de commerce France-Russie et Frédéric Encel, professeur de relations internationales à la Paris School of Business et maître de conférence à Science-po Paris.

Barack Obama lors de son discours à l'ONU. [EPA/Chip Somodevilla - key]EPA/Chip Somodevilla - key
Obama pourra-t-il éviter la collaboration avec Al-Assad? / Forum / 13 min. / le 28 septembre 2015

18h00

Arrêter la guerre en Syrie, une priorité pour Didier Burkhalter

Arrêter la guerre en Syrie, couvrir les besoins humanitaires immédiats dans cette région, développer la prévention à long terme et plaider pour une réforme de l'ONU au service des communautés internationales: telles sont les priorités que le conseiller fédéral Didier Burkhalter à l'ONU, indique le Département fédéral des affaires étrangères dans un communiqué.

"Quatre ans de souffrance, ça suffit (...) Le temps presse, les besoins sont énormes", a-t-il tonné lors d'une rencontre avec des journalistes suisses à New York.

17h30

Barack Obama pour une levée de l'embargo cubain

Dans son discours à la tribune, Barack Obama a aussi appelé à la levée de l'embargo américain contre Cuba: "J'ai confiance que notre Congrès lèvera inévitablement un embargo qui ne devrait plus être en place", a-t-il déclaré.

"Je crois que nous devons être assez forts pour reconnaître les choses quand ce que nous faisons ne marche pas. Pendant 50 ans, les Etats-Unis ont mené vis à vis de Cuba une politique qui a échoué à améliorer la vie du peuple cubain", a encore déclaré Barack Obama.

16h30

Les Etats-Unis disposés à coopérer sur le conflit syrien

A la tribune, Barack Obama a déclaré que les Etats-Unis étaient disposés à coopérer avec la Russie et l'Iran pour résoudre le conflit syrien.

Il a toutefois dénoncé le soutien de certains pays au président syrien Bachar al-Assad, un "tyran" qui "massacre des enfants innocents".

Nous ne souhaitons pas un retour à la Guerre froide.

Barack Obama

Barack Obama a dénoncé, dans une référence à la position de Moscou, la logique consistant à soutenir "des tyrans comme Bachar al-Assad" sous prétexte que l'alternative "serait pire".

16h15

Les tweets de notre correspondants Pierre Gobet

16h00

"J'exhorte l'Europe à faire plus" pour les migrants, dit Ban Ki-moon

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a exhorté lundi les pays européens à "faire plus" en faveur des centaines de milliers de migrants et réfugiés qui affluent vers l'Europe.

"J'exhorte l'Europe à faire plus", a déclaré Ban Ki-moon à l'ouverture de la session annuelle de l'Assemblée générale de l'ONU.

Tout en reconnaissant que la crise migratoire en Europe suscite "de fortes passions", il a affirmé devant les 193 pays membres de l'assemblée que la réponse à cette crise devait être guidée "par les lois internationales, les droits de l'homme et la compassion".

"Cent millions de personnes dans le monde ont besoin d'une assistance humanitaire immédiate" et 60 millions sont déplacées ou réfugiées, a-t-il souligné. "Jamais les humains ne se sont autant déplacés" pour fuir conflits, catastrophes ou famine.

15h40

"L'objectif de Vladimir Poutine à l'ONU est de contenir le terrorisme"

Lire et écouter l'interview de Gabriel Galice, vice-président de l'Institut de recherches pour la paix (GIPRI): "L'objectif de Vladimir Poutine à l'ONU est de contenir le terrorisme"

15h30

Les grands enjeux de la 70e Assemblée générale de l'ONU

Ecoutez l'analyse du 12h30 sur les enjeux de l'Assemblée générale:

L'assemblée générale de l’ONU s'est tenue à New York devant plus de 150 chefs d'Etat. [Matt Campbell - EPA/Keystone]Matt Campbell - EPA/Keystone
Journée pleine d'enjeux géostratégiques à l'Assemblée de l'ONU à New York / Le 12h30 / 1 min. / le 28 septembre 2015

Vladimir Poutine doit présenter ses solutions pour la Syrie:

Vladimir Poutine va présenter devant l'ONU ses solutions pour la Syrie [RTS]
Vladimir Poutine va présenter devant l'ONU ses solutions pour la Syrie / 12h45 / 1 min. / le 28 septembre 2015