Modifié

La France a lancé ses premières frappes aériennes contre l'EI en Syrie

Trois Mirage français à l'atterrissage en Jordanie en novembre 2014. [ECPAD/EMA/Armée de l'air]
La France a procédé à de premières frappes aériennes en Syrie / Le 12h30 / 1 min. / le 27 septembre 2015
Six avions français ont détruit un camp d'entraînement du groupe Etat islamique en Syrie, les premières frappes qu'a menées Paris dans ce pays, a annoncé François Hollande dimanche.

Le président français souligne par ailleurs qu'une "solution politique" est nécessaire au conflit syrien. Plus tôt, l'Elysée a dit dans un communiqué souhaiter "une transition politique qui associe des éléments du régime (de Bachar al-Assad) et de l'opposition modérée".

D'autres frappes françaises pourront avoir lieu "dans les prochaines semaines", assure François Hollande.

La veille, le chef de la diplomatie française Laurent Fabius avait toutefois estimé à l'assemblée générale de l'ONU qu'"Assad est le premier responsable du chaos actuel". "Si on dit aux Syriens que l'avenir passe par Assad, c'est s'exposer à un échec", avait continué le ministre français.

>> Lire à ce sujet: David Cameron rejoint le camp de la transition politique avec al-Assad

La France est désormais engagée sur deux fronts contre l'EI : l'Irak, où elle a mené quelque 200 frappes depuis septembre 2014 dans le cadre de l'opération Chammal, et la Syrie, où elle dit agir de façon autonome.

Réunion au sommet à New York

Le président américain Barack Obama doit diriger mardi à New York, en marge de l'assemblée générale des Nations unies, une réunion internationale sur la lutte contre le groupe EI.

Les Etats-Unis pilotent depuis plus d'un an une coalition militaire d'une soixantaine de pays qui a effectué des milliers de frappes aériennes contre des positions des djihadistes en Syrie et en Irak.

Un responsable du ministère russe des Affaires étrangères avait déclaré vendredi que la Russie pourrait "en théorie" rejoindre la coalition internationale mise en place en août 2014 par les Etats-Unis pour contrer l'organisation Etat islamique si Damas était intégrée dans les efforts déployés contre l'organisation djihadiste.

mac avec agences

Publié Modifié

L'Irak se coordonne contre l'EI avec Iran, Russie et Syrie

Les autorités irakiennes ont annoncé samedi la mise en place à Bagdad d'une cellule de coordination en matière de renseignement et de sécurité avec la Russie, l'Iran et la Syrie afin de contrer la menace du groupe djihadiste Etat islamique (EI).

Le groupe Etat islamique aurait attiré 30'000 combattants étrangers

Les services de renseignements américains estiment que près de 30'000 djihadistes étrangers se sont rendus en Syrie et en Irak depuis 2011, rapporte samedi soir le New York Times.

Il y a un an, les responsables américains évaluaient leur nombre à 15'000. Sur ces 30'000 combattants étrangers, dont bon nombre d'Occidentaux, il y aurait 250 Américains, alors qu'ils n'étaient qu'une centaine il y a un an, selon le journal américain.

Mi-septembre, le Service de renseignement de la Confédération (SRC) indiquait pour sa part que 66 djihadistes étaient partis de Suisse.