Modifié le 06 septembre 2015

Tariq Ramadan: "L’Europe a besoin d’immigrés. Ils sont une aubaine économique"

Tariq Ramadan lors de l'émission "L'Agence" du 29 septembre 2013.
La grande interview politique du dimanche Forum / 15 min. / le 06 septembre 2015
Tariq Ramadan, islamologue et professeur à Oxford, appelle l’Europe à accueillir les migrants. Dans un entretien à Forum dimanche, il affirme aussi que la Suisse a toujours été un modèle d’intégration.

Le professeur d’études islamiques à l’Université d’Oxford revient sur la crise migratoire qui fait la Une de l’actualité. Tariq Ramadan souhaite que l'Europe ouvre ses portes aux réfugiés. "L’Europe a besoin de ces immigrés… Avec sa population vieillissante, elle ne s’en sortira pas économiquement. Elle doit donc aussi les voir comme une aubaine", dit-il dans l'entretien accordé à l'émission Forum de la RTS.

Le professeur Tariq Ramadan lors d'une conférence en 2010.
Forum - Publié le 05 septembre 2015

A présent, le grand défi auquel l’Occident va devoir faire face est la question de l’intégration de ces réfugiés. Pour Tariq Ramadan, "l’Europe est prise aujourd’hui entre le besoin économique et le rejet culturel ou religieux des migrants". Il appelle ainsi les politiques à se montrer "courageux", "visionnaires" et à cesser de faire "des politiques de bric et de broc".

Dans ce cadre, la Suisse a un rôle à jouer. Pour lui, elle est un modèle d’intégration. "Elle a réussi là où d’autres ont échoué."

Tariq Ramadan.
Forum - Publié le 05 septembre 2015
 

Mais l’islamologue de nationalité suisse reconnaît aussi que cette immigration, majoritairement musulmane, crée des peurs au sein de la classe politique et de la population. Pour Tariq Ramadan, l'Europe ne pourra toutefois pas "continuer longtemps à tenir un discours sécuritaire et faire de l’islam la religion de l’autre". Selon lui, "la Suisse comme l’Europe sont devenues des espaces pluriels… avec des hommes et des femmes de couleurs et de religions différentes". "La Suisse blanche, de la classe moyenne du temps passé est passée. Il faut s’assumer", dit-il.

L’islam en Suisse ne doit pas être financé par l’étranger

Tariq Ramadan, professeur d'études islamiques à Oxford

L’une des clés pour réussir l’intégration des migrants passe par les communautés musulmanes existantes. Mais les autorités suisses doivent à présent "leur faire confiance".

Mais Tariq Ramadan estime aussi que certaines communautés et mosquées devraient se montrer plus transparentes. Lorsqu'on l’interroge sur la Mosquée de Genève, régulièrement critiquée, et financée en grande partie par l’étranger, le professeur déclare que le financement de l’islam en Suisse ne doit pas se faire par l’étranger. "Les musulmans doivent s’autofinancer" en Suisse.

Nadine Haltiner

Publié le 06 septembre 2015 - Modifié le 06 septembre 2015