Modifié

Le groupe Etat islamique a détruit une partie du temple de Bel à Palmyre

On ignore encore l'ampleur des dégâts infligés au temple dédié au dieu Soleil, datant de 3 siècle avant JC. [AFP]
On ignore encore l'ampleur des dégâts infligés au temple dédié au dieu Soleil, datant de 3 siècle avant JC. [AFP]
Le groupe Etat islamique a détruit une partie du temple de Bel, un des monuments romains emblématiques de la ville syrienne de Palmyre, rapporte dimanche l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

L'OSDH, qui cite des sources sur place, précise qu'il ne connaît pas encore l'ampleur des dégâts infligés à ce temple dédié au dieu Soleil, qui était dans un état de conservation remarquable.

Le groupe djihadiste, qui s'est emparé de Palmyre il y a trois mois, a déjà détruit ce mois-ci un autre édifice du site antique, le petit temple de Baalshamine.

Plusieurs sites détruits par l'EI

Les djihadistes ont détruit plusieurs vestiges antiques dans les territoires sous son contrôle, principalement dans le nord de l'Irak et dans le nord-est de la Syrie. Ils se sont ainsi attaqués aux ruines des cités antiques de Hatra et Nimrud et saccagé le musée archéologique de Mossoul.

Mais à Palmyre, ils n'avaient jusqu'à présent détruit que quelques monuments affirmant que les visiteurs pouvaient s'y adonner au paganisme, une pratique qu'ils considèrent comme sacrilège.

Il y a près de deux semaines, les djihadistes ont décapité l'ancien directeur du site archéologique.

reuters/fme

Publié Modifié