Modifié

La piste des ultranationalistes turcs évoquée après l'attentat de Bangkok

Le signe de ralliement des Loups gris, groupe ultranationaliste turc. [Sedat Suna - EPA/Keystone]
Le signe de ralliement des Loups gris, groupe ultranationaliste turc. [Sedat Suna - EPA/Keystone]
Plus d'une semaine après l'attentat qui a fait 20 morts dans la capitale thaïlandaise, les autorités ont perdu la trace du principal suspect. Plusieurs pistes sont envisagées, dont celle des Loups gris turcs.

Même si cette hypothèse n'a jamais été évoquée publiquement par la police thaïlandaise, le groupe ultranationaliste turc des Loups gris pourrait être responsable de l'attaque qui a visé un sanctuaire hindouiste à Bangkok le 17 août dernier. Il s'agit de la piste "la plus probable", selon Anthony Davis, un expert en renseignement basé à Bangkok.

Cet expert du groupe de défense Jane's, dont les propos sont rapportés par Forbes, n'exclut pas qu'une organisation islamiste internationale soit responsable de l'attentat, une piste parfois citée. Les autres hypothèses - un groupe politique opposé à la junte au pouvoir ou des rebelles islamistes du sud du pays - lui semblent en revanche très peu probables.

Nombreuses victimes chinoises

Le soutien affiché par les Loups gris envers les Ouïghours, une minorité musulmane turcophone du nord-ouest de la Chine, pourrait expliquer cet acte, estime Anthony Davis. La Thaïlande a en effet récemment expulsé 109 Ouïghours, une décision qui a provoqué une flambée de violence en Turquie. Le consulat thaïlandais à Istanbul avait notamment été mis à sac par des manifestants, au sein desquels figuraient des Loups gris.

La cible de l'attentat pourrait ne pas avoir été choisie au hasard, note encore l'expert, qui parle d'une "indication significative". En effet, les Ouïghours sont persécutés par Pékin et le sanctuaire d'Erawan est très prisé des touristes chinois. Quatorze étrangers figurent ainsi parmi les 20 victimes, dont cinq Chinois et neuf personnes de nationalités diverses mais d'ethnie chinoise.

La police thaïlandaise a annoncé lundi avoir perdu la trace de l'auteur présumé de l'attentat et ne pas savoir si celui-ci se trouve encore dans le pays. Le suspect a été présenté comme un "étranger" par la junte au pouvoir.

>> Lire aussi: "Plus de 10 personnes" auraient été impliquées dans l'attentat de Bangkok

dk

Publié Modifié