Modifié

La police macédonienne repousse puis laisse entrer des migrants

Macédoine - Migrants: le pays a déployé son armée pour fermer les frontières [RTS]
La Macédoine a déployé son armée pour fermer les frontières / 12h45 / 1 min. / le 21 août 2015
La police macédonienne a usé vendredi de gaz lacrymogène et de grenades assourdissantes pour repousser plus d'un millier de migrants et venant de Grèce, avant d'en laisser entrer plusieurs centaines.

Les autorités ont indiqué qu'elles permettraient à des "catégories vulnérables" de franchir la frontière. Ces personnes vont bénéficier de "l'aide dont elles ont besoin, conformément aux capacités de l'Etat", déclare le gouvernement macédonien dans un communiqué.

Jeudi, la Macédoine avait décrété l'état d'urgence et déployé son armée à ses frontières sud, avec la Grèce, et nord, avec la Serbie, pour essayer de gérer et d'enrayer l'afflux.

"No man's land"

Dans les heures suivantes, la situation ne s'est pas améliorée à la frontière gréco-macédonienne. Plusieurs milliers de personnes, dont de nombreux Syriens, sont restés bloquées dans un "no man's land" et ont passé la nuit entre les deux pays, dormant à même le sol et bloquant la ligne de chemin de fer qui relie la Macédoine à la Grèce.

 >> A lire sur ce sujet: La Macédoine décrète l'état d'urgence face aux migrants et engage l'armée

>> Revoir aussi les deux reportages sur les migrants en Macédoine:

La Macédoine est l'un des axes de migration les plus importants en Europe [RTS]
La Macédoine est l'un des axes de migration les plus importants en Europe / 19h30 / 3 min. / le 22 juillet 2015
Migrants: au nord de la Macédoine, les passeurs locaux font la loi [RTS]
Migrants: au nord de la Macédoine, les passeurs locaux font la loi / 19h30 / 4 min. / le 23 juillet 2015

afp/fme

Publié Modifié

160'000 migrants depuis janvier

Environ 160'000 migrants, en provenance surtout des zones de guerre en Syrie, en Afghanistan ou en Irak, sont arrivés depuis janvier sur des îles grecques d'Égée en provenance des côtes occidentales turques proches, selon le Haut Commissariat de l'ONU aux Réfugiés (HCR).