Modifié le 22 juillet 2015 à 15:05

Le PKK revendique l'assassinat de deux policiers turcs

Le PKK a lié son acte à l'attentat de Suruç, ville frontalière de Kobané.
Le PKK a lié son acte à l'attentat de Suruç, ville frontalière de Kobané. [Yorgos Karahalis - ]
Dans un communiqué, le PKK a revendiqué mercredi l'assassinat de deux policiers turcs en représailles de l'attentat de Suruç. Les rebelles assurent que les policiers collaboraient avec l'EI.

Dans un communiqué, le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) a reconnu être responsable de la mort de deux policiers turcs retrouvés morts mercredi matin, tués d'une balle dans la tête dans la ville de Ceylanpinar, située à la frontière avec la Syrie.

Selon le texte publié sur un site de la force armée du PKK, le double assassinat aurait été perpétré pour venger la mort des jeunes visés lundi par un attentat-suicide à Suruç, mené selon toute vraisemblance par le groupe Etat islamique. "L'opération a été menée contre deux policiers collaborant avec le groupe EI", est-il écrit dans la revendication.

L'attaque de Suruç a visé un groupe de jeunes militants de gauche partisans de la cause kurde qui souhaitaient traverser la frontière pour participer à la reconstruction de la ville syrienne de Kobané, détruite par quatre mois d'intenses combats qui se sont soldés par la victoire des milices kurdes de Syrie sur les combattants djihadistes.

reuters/afp/mre

Publié le 22 juillet 2015 à 14:48 - Modifié le 22 juillet 2015 à 15:05

L'auteur de l'attentat de Suruç identifié

L'auteur présumé de l'attentat de Suruç est un ressortissant turc de 20 ans appartenant à la minorité kurde, qui s'est rendu clandestinement en Syrie l'an dernier avec l'aide d'un groupe lié à l'Etat islamique (EI), a déclaré mercredi un haut responsable du gouvernement à Reuters.

Le suspect avait des liens avec l'auteur présumé d'un autre attentat qui a fait deux morts et 200 blessés le 5 juin lors d'un rassemblement du parti d'opposition prokurde HDP (Parti démocratique du peuple), deux jours avant les élections législatives, a ajouté ce responsable qui a requis l'anonymat.