Modifié

Le groupe de presse Mirror condamné pour écoutes illégales

Le groupe britannique Mirror a été condamné pour écoutes illégales. [Daniel Kalker / DPA / dpa Picture-Alliance/AFP - AFP]
Le groupe britannique Mirror a été condamné pour écoutes illégales. [Daniel Kalker / DPA / dpa Picture-Alliance/AFP - AFP]
Le groupe de presse britannique Mirror a été condamné jeudi à verser plus d'un million de livres de dommages et intérêts à huit personnalités dont les téléphones ont été piratés par les tabloïds du groupe.

L'ex-footballeur Paul Gascoigne va ainsi recevoir 188'250 livres (273'300 francs) et l'actrice Sadie Frost 260'250 livres (381'300 francs), selon une décision de la Haute Cour de Londres. Au total, Mirror group newspapers (MGN) devra verser environ 1,2 million de livres (1,76 million de francs), un montant qualifié de "sans précédent" par les avocats des victimes.

Le groupe, qui a accepté le principe de dédommager les huit victimes, a indiqué qu'il réfléchissait à faire appel pour contester le montant.

Un fonds de 23 millions de francs

Il a par ailleurs révélé qu'il allait provisionner 4 millions de livres supplémentaires pour couvrir d'éventuelles nouvelles condamnations pour atteinte à la vie privée. Ce fond s'élève désormais à 16 millions de livres (23,4 millions de francs).

Les dirigeants de MGN avaient présenté en février leur plus sincères excuses pour avoir intercepté les boîtes vocales de ces célébrités dans les années 2000.

ats/afp/lan

Publié Modifié

Plusieurs scandales

La presse tabloïde britannique a été secouée ces dernières années par plusieurs scandales d'écoutes illégales pratiquées dès le début des années 2000.

L'émotion a culminé à l'été 2011, lorsque le News of the World avait écouté la boîte vocale d'une collégienne disparue et finalement retrouvée morte.

Les révélations avaient débouché sur la fermeture en catastrophe du tabloïd dominical du magnat des médias Rupert Murdoch, qui avait versé deux millions de livres à la famille de la jeune fille dans un arrangement à l'amiable.

Andy Coulson, ex-rédacteur en chef du News of the World et ex-conseiller en communication du Premier ministre David Cameron, a été condamné l'année dernière à 18 mois de prison dans cette affaire et il est actuellement jugé pour des accusations de parjure devant un tribunal écossais.