Modifié

L'ambassadeur de Suisse au Pakistan échappe de peu à un crash

L'hélicoptère s'est écrasé sur une école publique militaire. [Express]
L'hélicoptère s'est écrasé sur une école publique militaire. [Express]
Un hélicoptère transportant onze étrangers et six Pakistanais s'est écrasé vendredi au Pakistan, faisant au moins sept morts. L'ambassadeur de Suisse, sain et sauf, faisait partie de la délégation.

Une délégation de diplomates et de journalistes, dont l'ambassadeur de Suisse au Pakistan, se rendait vendredi dans trois hélicoptères dans la région de Gilgit-Baltistan lorsqu'un des hélicoptères s'est écrasé contre une école publique militaire à l'atterrissage, heureusement vide.

Un problème technique serait à l'origine du drame. Un des rescapés du crash a évoqué un appareil hors de contrôle peu avant l'accident, a appris la RTS.

Les ambassadeurs de Norvège et des Philippines ont été tués. Les épouses des ambassadeurs de Malaisie et d'Indonésie ainsi que les deux pilotes de l'hélicoptère ont aussi perdu la vie.

L'ambassadeur de Suisse évite le drame

Contacté par la RTS, le Département fédéral des affaires étrangères a indiqué que l'ambassadeur de Suisse au Pakistan, Marc Pierre George, faisait partie de la délégation diplomatique mais ne se trouvait pas dans l'hélicoptère qui s'est écrasé.

Il n'a pas été blessé, a indiqué le DFAE, qui présente ses condoléances aux familles des victimes.

mac avec agences

Publié Modifié

Une visite de trois jours

Le drame s'est produit alors qu'une trentaine d'ambassadeurs en poste à Islamabad prenaient part à une visite de trois jours organisée dans la région de Gilgit-Baltistan, à l'initiative du gouvernement pakistanais.

Les diplomates étaient partis le matin même d'Islamabad pour Gilgit en avion. Ils se sont ensuite rendus dans la vallée de Naltar en hélicoptère, où l'un des trois appareils s'est écrasé après quinze minutes de vol.

Au programme de la visite figuraient des rencontres avec les autorités locales ainsi qu'avec le Premier ministre pakistanais Nawaz Sharif.

La vallée de Naltar, où a eu lieu le crash