Modifié le 03 mai 2015 à 10:15

Bradley Birkenfeld: "J’ai suivi le secret bancaire suisse à la lettre"

Bradley Birkenfeld a livré sa version des faits concernant l'affaire UBS
Bradley Birkenfeld a livré sa version des faits concernant l'affaire UBS. 19h30 / 2 min. / le 02 mai 2015
L'ancien gérant de fortune d'UBS Bradley Birkenfeld explique ses motivations à devenir un lanceur d'alerte sur les pratiques de la banque et sur les conséquences qu'a eues son témoignage.

Lors d'une interview accordée à la télévision alémanique, Bradley Birkenfeld, ancien gérant de fortune d'UBS aux Etats-Unis, est revenu sur les raisons qui l'ont poussé à témoigner sur les clients américains d'UBS devant le Sénat américain.

"J’ai pensé qu’il était important de parler. Auparavant, j’ai tout fait pour m’adresser aux juristes et au contrôle interne de la banque. J’ai suivi le secret bancaire suisse à la lettre. C’est-à-dire que je n’ai pas donné un seul nom avant d’être convoqué à témoigner par le Sénat américain."

Le Département de la Justice fâché

Bradley Birkenfeld estime avoir été condamné aux Etats-Unis pour complicité d’évasion fiscale parce qu'il avait fâché le Département de la Justice en allant témoigner devant le Sénat.

Des noms qu’il a livrés, prétend-il, aucun n’a été poursuivi. "Pas un seul, et je leur ai donné des noms de très gros clients. Mais le Département de la Justice ne voulait pas reconnaître mon rôle, ma crédibilité. Ils ont essayé de s’en approprier le mérite."

Deux ans et demi en prison

L’homme a passé 2 ans et demi en prison. Il est encore en liberté surveillée. Avec l’impression d’avoir été le seul à payer de la sorte. "C’est parce que le Département de la Justice était furieux de ce que j’ai fait", affirme-t-il.

"Je les ai mis dans l’embarras en divulguant le nom de tous leurs riches amis et contacts politiques qui avaient des comptes, pas seulement à UBS, mais ailleurs dans le pays", poursuit-il, en ajoutant aussi être à l'origine des poursuites américaines contre Credit Suisse.

Grâce aux informations qu’il a livrées au fisc américain, Bradley Birkenfeld a touché 104 millions de dollars de récompense.

ebz

Publié le 02 mai 2015 à 22:27 - Modifié le 03 mai 2015 à 10:15