Modifié

Un attentat contre une église déjoué dans la région parisienne

Le ministre français de l'Intérieur Bernard Cazeneuve. [Eric Feferberg - AFP]
La police française déjoue un projet d'attentat à Paris / Le 12h30 / 1 min. / le 22 avril 2015
Un Algérien soupçonné d'entretenir des liens avec des djihadistes et accusé de projeter un attentat contre une église a été arrêté dimanche à Paris, a annoncé mercredi le ministre de l'Intérieur.

Cet homme, un étudiant en informatique de 24 ans, était connu des services de renseignement pour ses "velléités de départ en Syrie" afin d'y rejoindre les rangs djihadistes, a déclaré le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve.

L'attaque devait viser "les catholiques de France", a dit mercredi le Premier ministre Manuel Valls.

Des documents liés à Al-Qaïda et à l'organisation Etat islamique ont été retrouvés à son domicile. Dans son ordinateur, les enquêteurs ont trouvé la preuve qu'il était "en contact" avec une personne pouvant se trouver en Syrie "qui lui demandait explicitement de cibler particulièrement une église", a ajouté le procureur en charge de l'enquête.

"Plusieurs armes de guerre"

Dans son véhicule et à son domicile, la police a aussi découvert  un "arsenal composé notamment de plusieurs armes de guerre, d'armes de poing, de munitions, de gilets pare-balles et de matériel informatique et de téléphonie", a encore indiqué Bernard Cazeneuve.

Cet homme est par ailleurs soupçonné d'être impliqué dans le meurtre d'une jeune femme de 32 ans retrouvée dans une voiture dimanche à Villejuif, près de la capitale. Les circonstances de ce crime restent à élucider.

"Pour nous diviser"

"Les terroristes ciblent la France pour nous diviser", a réagi le Premier ministre Manuel Valls. La réponse doit être "le rassemblement, l'unité et une très grande détermination".

Bernard Cazeneuve a pour sa part affirmé que la France "fait face à une menace terroriste inédite, par sa nature et par son ampleur".

afp/gchi

Publié Modifié

Une première depuis Charlie Hebdo

Il s'agit de la première annonce publique d'un projet d'attentat imminent déjoué depuis la série d'attaques djihadistes à Paris et en banlieue contre l'hebdomadaire satirique Charlie Hebdo.

Ces attaques avait fait 17 morts entre le 7 et le 9 janvier dernier.