Modifié

L'Italie réclame un sommet après la disparition en mer de 700 migrants

Près de 700 migrants ont péri en méditerranée [RTS]
Près de 700 migrants ont péri en Méditerranée / 19h30 / 2 min. / le 19 avril 2015
Le chef du gouvernement italien Matteo Renzi a réclamé un sommet européen d'urgence après le naufrage d'un chalutier chargé de 700 migrants, faisant craindre une véritable hécatombe.

"On ne parle pas de choses banales, mais bien de la vie humaine", a déclaré dimanche Matteo Renzi. "Si on ne parvient pas à régler le problème à la racine, on ne réussira jamais à le résoudre", a-t-il affirmé, ajoutant que ce trafic d'être humains était une "plaie" pour le continent européen.

L'Union européenne, sommée d'en faire plus depuis des jours et à chaque nouveau drame, a annoncé qu'elle allait réunir ses ministres des Affaires étrangères et de l'Intérieur pour prendre des mesures, tandis que le président français François Hollande exhortait les pays de l'UE à agir en renforçant "le nombre de bateaux".

Les passeurs "esclavagistes"

Mais pour le chef du gouvernement italien, la question n'est plus de contrôler les mers, mais de mettre hors d'état de nuire les passeurs, ces nouveaux "esclavagistes", a-t-il souligné, estimant que "ce n'est pas avec dix bateaux de plus ou de moins" que le problème sera réglé.

La chef de la diplomatie de l'UE, l'Italienne Federica Mogherini, a pour sa part décidé de mettre cette question à l'agenda de la réunion des ministres des Affaires étrangères lundi à Luxembourg.

Le Haut Commissaire des Nations unies pour les réfugiés, Antonio Guterrez, a lui aussi plaidé dimanche pour une action urgente face à ce qui représente potentiellement "la pire tragédie" de migrants jamais intervenue en Méditerranée.

Pire tragédie

Ce bateau a chaviré à environ 110 km des côtes libyennes dans la nuit de samedi à dimanche, avec à son bord plus de 700 personnes, selon le récit de 28 survivants récupérés par un navire marchand. Les garde-côtes italiens ne confirment toutefois pas ce chiffre de 700.

Lorsque le chalutier a lancé un appel au secours, les garde-côtes italiens ont aussitôt demandé à un cargo portugais de se dérouter. A leur arrivée sur les lieux, à environ 220 km au sud de l'île italienne de Lampedusa, l'équipage a vu le chalutier chavirer, selon le HCR.

agences/mo

Publié Modifié

Deux précédents

Ce nouveau drame fait suite à deux naufrages la semaine dernière, dont l'un a fait 400 disparus, et l'autre plus de 40, selon le récit de survivants à l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) et à des ONG. A l'issue du premier naufrage, les garde-côtes avaient repêché neuf corps.

Entre 500 et parfois 1000 personnes sont chaque jour récupérées par les garde-côtes italiens ou des navires marchands. Sans compter cette nouvelle tragédie, plus de 900 migrants ont perdu la vie depuis le début de l'année en effectuant la traversée entre la Libye et l'Italie, contre moins de 50 sur la même période l'année dernière, quand Mare nostrum était encore en place, ont relevé cette semaine les organisations humanitaires.

Le pape appelle à "agir avec rapidité"

Le pape François a appelé dimanche la communauté internationale à "agir avec décision et rapidité" face à la multiplication des tragédies en Méditerranée.

Les migrants "sont des hommes et des femmes comme nous, des frères qui cherchent une vie meilleure", a déclaré le souverain pontife, qui s'adressait à des milliers de fidèles rassemblés place Saint-Pierre.