Modifié

Le groupe EI a mené un nouveau raid contre la plus grande raffinerie d'Irak

La raffinerie irakienne de Baïdji après une attaque du groupe Etat islamique en juillet 2014. [Anadolu Agency]
La raffinerie irakienne de Baïdji après une attaque du groupe Etat islamique en juillet 2014. [Anadolu Agency]
Les djihadistes de l'Etat islamique (EI) ont pénétré lundi dans le périmètre de sécurité de la raffinerie de Baïdji en Irak. Ils ont été repoussés par les forces de sécurité qui disent contrôler la situation.

Des raids aériens de la coalition dirigée par les Etats-Unis ont appuyé les forces irakiennes dans l'opération de défense de la raffinerie, ont précisé les autorités locales.

Située au nord de Bagdad, la raffinerie de Baïdji est très disputée.

Toujours le théâtre d'affrontements

Jusqu'en novembre dernier, le groupe EI l'assiégeait, ce qui avait provoqué la fermeture du site.

Epaulées par des milices chiites, les forces de sécurité irakiennes avaient alors réussi à forcer le siège. Mais des parties de la ville et de ses environs sont toujours le théâtre d'affrontements.

agences/ptur

Publié Modifié

Les restes de 164 corps découverts dans des fosses communes à Tikrit

Les restes de 164 corps ont été exhumés de quatre fosses communes à Tikrit, ville du nord de l'Irak récemment reprise au groupe Etat islamique accusé d'y avoir massacré des milliers de personnes.

Des documents retrouvés sur le site indiquent que ces corps seraient vraisemblablement ceux de victimes du "massacre de Speicher", base militaire située à la limite nord de Tikrit d'où avaient été enlevées puis exécutées des recrues essentiellement chiites en juin 2014.

L'Irak va demander plus de raids et d'armes à Washington

Le Premier ministre irakien Haider al-Abadi a annoncé qu'il demanderait lors de sa visite mardi à Washington plus de soutien aérien et d'armes aux Etats-Unis pour lutter contre les djihadistes.

Interrogé sur ce qu'il demanderait au président Barack Obama qui le recevra à la Maison Blanche pour discuter de la lutte contre le groupe Etat islamique (EI), il a noté qu'il y avait déjà eu une augmentation des frappes, "mais nous voulons plus".