Modifié

Les Etats-Unis saluent une entente "historique" avec l'Iran

Le président américain Obama est intervenu depuis la Maison Blanche. [AP Photo/Susan Walsh - Keystone]
Le président américain Obama est intervenu depuis la Maison Blanche. [AP Photo/Susan Walsh - Keystone]
Largement saluée, l'entente sur le nucléaire iranien fera l'objet de "vérifications sans précédent", a averti Barack Obama. Pour Israël, se réjouir est "détaché" des réalités.

"Aujourd'hui les Etats-Unis, avec leurs alliés et partenaires, ont conclu une entente historique avec l'Iran qui, si elle est pleinement appliquée, l'empêchera d'obtenir l'arme nucléaire", a déclaré le président américain Barack Obama, après l'annonce jeudi d'un accord à Lausanne.

>> Lire: Entente à Lausanne en vue d'un accord final sur le nucléaire iranien

"L'Iran a donné son accord pour un régime de transparence et les inspections les plus approfondies jamais négociées dans l'histoire des programmes nucléaires", a-t-il ajouté, notant les efforts concédés par Téhéran: "Si l'Iran triche, le monde le saura. Avec cet accord, l'Iran va être plus inspecté que n'importe quel autre pays dans le monde".

Entente largement saluée

La France "veillera" à ce que les modalités de mise en oeuvre aboutissent "à un accord vérifiable et crédible", a indiqué l'Elysée. Les sanctions pourront être "rétablies si l'accord n'est pas appliqué", a prévenu la présidence française.

"Avec (cette entente), nous n'avons jamais été aussi proches d'un accord empêchant l'Iran d'avoir l'arme atomique", a déclaré la chancelière allemande Angela Merkel.

Le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon a estimé que l'accord ouvrira la voie à la paix et à la stabilité au Proche-Orient.

Selon la Russie, il constitue une reconnaissance du droit "inconditionnel" de l'Iran à développer un programme civil.

Barack Obama appelle le Premier ministre israélien

Le président américain a appelé Benjamin Netanyahu, après l'annonce de l'entente. Il a réaffirmé l'engagement "sans failles" des Etats-Unis à défendre l'Etat hébreu, mais s'est frotté au pessimisme du Premier ministre israélien.

Comme tous les jours depuis dimanche, Israël, l'un des plus virulents opposant à tout compromis avec l'Iran, était monté au créneau.

Le ministre israélien des Affaires stratégiques, Yuval Steinitz, a estimé que se réjouir de l'accord-cadre était "détaché" des réalités. L'Etat hébreu a promis de continuer à se battre contre tout "mauvais" accord définitif. Celui-ci a d'ores et déjà réaffirmé que toutes les options, y compris l'action militaire, étaient envisagées face à la menace d'un Iran doté de l'arme nucléaire.

agences/vtom/kg

Publié Modifié

La Suisse applaudit l'accord

Didier Burkhalter, chef du Département fédéral des affaires étrangères, s'est félicité de l'entente entre les grandes puissances et l'Iran, qu'il a qualifié de "bonne nouvelle pour cette région du monde et pour la promotion de la paix".

Cette déclaration commune constitue un pas important vers plus de sécurité dans le monde, une des priorités de la politique étrangère de la Suisse, selon Didier Burkhalter.

La Suisse appelle maintenant les parties à traduire dans les faits la volonté commune exprimée à Lausanne.

Le discours d'Obama retransmis en Iran

Le discours du président américain Barack Obama a été retransmis en direct sur la télévision d'Etat iranienne. Un événement sans précédent, d'après un journaliste iranien.