Modifié

Entente à Lausanne en vue d'un accord final sur le nucléaire iranien

Federica Mogherini, Mohammad Javad Zarif, Philipp Hammond et John Kerry lors de l'annonce d'un accord-cadre. [EPA/JEAN-CHRISTOPHE BOTT - Keystone]
Federica Mogherini, Mohammad Javad Zarif, Philipp Hammond et John Kerry lors de l'annonce d'un accord-cadre. [EPA/JEAN-CHRISTOPHE BOTT - Keystone]
Après huit jours de discussions à Lausanne sur le nucléaire iranien, les négociateurs ont déclaré avoir trouvé des solutions sur les "paramètres clés" en vue d'un accord final, qui doit être rédigé d'ici au 30 juin.

Des progrès suffisants ont été obtenus pour poursuivre les négociations jusqu'à l'échéance du 30 juin et un accord final, ont annoncé jeudi la cheffe de la diplomatie de l’UE Federica Morgherini et son homologue iranien Mohammad Javad Zarif lors d'une conférence de presse commune au Learning Center de l'EPFL à Lausanne. Un accord-cadre préliminaire a été conclu.

Le futur accord définitif entre l'Iran et le groupe P5+1 (Etats-Unis, Grande-Bretagne, Russie, France, Chine et Allemagne) devra être entériné par le Conseil de sécurité de l'ONU, a déclaré Federica Mogherini.

Stocks réduits mais 6000 centrifugeuses maintenues

Les sanctions américaines et européennes seront levées en fonction du respect des engagements de l'Iran, a-t-elle encore indiqué.

Selon les premiers éléments divulgués de ce pré-accord, la capacité d'enrichissement d'uranium de l'Iran devra être réduite et l'Iran maintiendrait 6000 centrifugeuses en activité (contre 19'000 actuellement).

L'Iran a accepté en outre de ne pas enrichir d'uranium à plus de 3,67% pendant au moins quinze ans. Téhéran consent également à ne pas construire de nouvelles installations d'enrichissement d'uranium.

Les stocks d'uranium seront réduits de 98%, le site souterrain de Fordo sera transformé et ne fera plus d'enrichissement d'uranium, alors que le réacteur à eau lourde d'Arak sera également modifié pour ne plus produire de plutonium, a précisé le secrétaire d'Etat américain John Kerry.

Déclarations sur Twitter

C'est sur Twitter que les Occidentaux et Iraniens ont annoncé, peu avant la conférence de presse, qu'un accord-cadre avait été conclu.

Le président iranien Hassan Rouhani et son ministre Mohammad Javad Zarif y ont écrit que des "solutions ont été trouvées" dans le cadre des négociations sur le nucléaire iranien à Lausanne.

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry a déclaré qu'il s'agissait d'un "grand jour" et que les grandes puissances et l'Iran "ont maintenant les paramètres pour résoudre les grandes questions sur le programme nucléaire". Et d'ajouter: "Retour au travail bientôt sur un accord final".

Il y a "une entente sur les points clés en vue d'un accord final", a déclaré pour sa part le ministre allemand des Affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier.

La cheffe de la diplomatie de l'Union européenne a, elle, parlé de "bonne nouvelle".

Cette annonce couronne huit jours d'un incroyable marathon diplomatique, où les négociateurs ont discuté jour et nuit pour parvenir à arracher un compromis.

Celui-ci a été commenté par de nombreux acteurs de la communauté internationale, à commencer par le président américain Barack Obama qui l'a qualifié d'"historique".

vtom

Publié Modifié

La Suisse remerciée

Lors de la conférence de presse, Federica Morgherini et son homologue iranien Mohammad Javad Zarif ont tenu à remercier la Suisse et son gouvernement pour avoir accueilli ces négociations.

"On vous remercie tous en Suisse", a aussi déclaré, en français, John Kerry.