Modifié

Près de 150 étudiants tués par les shebab dans une université au Kenya

Des policiers prennent position aux abords de l'université de Garissa. [AP Photo - Keystone]
Des policiers prennent position aux abords de l'université de Garissa. [AP Photo - Keystone]
Au moins 147 personnes, essentiellement des étudiants, ont été tuées jeudi dans l'attaque de l'université kényane de Garissa menée par des islamistes somaliens shebab.

L'opération menée par les forces kényanes de sécurité pour reprendre le contrôle de l'Université, prise d'assaut à l'aube, est "terminée (et) les quatre terroristes ont été tués", ont indiqué les autorités près de 16 heures après le début de l'attaque. Un précédent bilan officiel faisait état d'environ 70 morts.

Au moins 79 personnes ont en outre été blessées, a annoncé le ministère de l'Intérieur. Selon le ministère, "587 personnes ont été évacuées" de l'Université.

Musulmans épargnés

Les shebab, un groupe affilié à al-Qaïda, ont attaqué jeudi à l'aube le campus de Garissa. Séparant les étudiants musulmans des non musulmans, ils ont laissé partir les premiers et abattu ou retenu en otage les seconds.

A la fin de l'attaque, qui a duré toute une journée, quatre assaillants ont fait sauter les ceintures d'explosifs qu'ils portaient.

Garissa se trouve à 150 kilomètres de la frontière avec la Somalie, où des soldats kényans combattent les shebab depuis octobre 2011.

>> Les images de la panique durant l'assaut

 

Les images de la panique durant l'assaut au Kenya [RTS]
Les images de la panique durant l'assaut au Kenya / L'actu en vidéo / 48 sec. / le 3 avril 2015

afp/vtom

Publié Modifié

Les shebab surtout actifs en Somalie

Au moins 200 personnes ont été tuées et au moins autant blessées l'an passé au Kenya lors d'attaques revendiquées par les shebab ou qui leur ont été attribuées, selon un décompte établi par l'AFP. 

Les shebab ont, entre autres actions, revendiqué le spectaculaire assaut de septembre 2013 contre le centre commercial Westgate de Nairobi (67 morts) ainsi qu'une série de raids nocturnes sur des villages de la côte en juin-juillet 2014 (au moins 96 personnes froidement exécutées).

Les shebab sont à la tête de l'insurrection armée en Somalie, pays plongé dans le chaos depuis 1991. Ils disposent d'un effectif estimé entre 5000 et 9000 hommes.

Condamnations internationales

La Maison Blanche a condamné "dans les termes les plus forts" cette attaque "odieuse".

L'Elysée, qui a présenté ses condoléances au président Uhuru Kenyatta, s'est dit "prête à coopérer" avec le Kenya "dans la lutte contre le terrorisme".

L'University College de Garissa